BFMTV

Loi travail: "C'est un texte de progrès social", déclare Manuel Valls

Manuel Valls a de nouveau engagé ce mardi la responsabilité de son gouvernement sur le projet de loi travail, en annonçant à l'Assemblée nationale son recours à l'article 49-3 de la Constitution.

"En application de l'article 49 alinéa 3 de la Constitution (...) j'ai donc décidé après la délibération du Conseil des ministres du 10 mai d'engager la responsabilité du gouvernement sur le vote en nouvelle lecture du projet de loi relatif au travail (...)", a déclaré ce mardi après-midi à la tribune de l'Assemblée nationale Manuel Valls.

"Mon gouvernement est déterminé à avancer"

A la tribune, le chef du gouvernement a défendu les "avancées" obtenues sur un texte "de progrès social" qui a "fait l'objet d'une large concertation" et, comme en première lecture, a fustigé "une alliance des contraires, une alliance des conservatismes et des immobilismes" en visant la droite et les opposants de gauche au projet de loi. "Cette alliance, c'est celle de ceux qui ne veulent rien changer", a-t-il critiqué.

"Ce pays s'est trop habitué à un chômage de masse depuis 30 ans pour qu'on n'agisse plus aujourd'hui (...) Avec cette loi, nous permettrons de donner davantage de souplesse et davantage de chance aux salariés de ce pays. Face à cela, mon gouvernement est déterminé à avancer", a-t-il déclaré. "Ce n'est pas une posture (...) mais dans ce moment difficile (...), je ne veux pas laisser certains mettre en scène les divisions, alimenter les fractures, jouer avec les institutions par simple tactique à des fins politiciennes qui ne prennent pas en compte l'intérêt général et celui des Français", a-t-il ajouté

Si aucune motion de censure n'est déposée dans les 24 heures, le projet de loi sera définitivement adopté. Le groupe Les Républicains, qui a déjà fait savoir qu'il ne déposerait pas de motion, a quitté ses bancs à l'annonce du 49-3. Quant aux opposants de gauche au texte, ils peinent à rassembler les 58 signatures de députés nécessaires à l'enclenchement de la procédure.

la rédaction avec AFP