BFMTV

Les écologistes de retour au gouvernement

Emmanuelle Cosse, Jean-Vincent Placé et Barbara Pompili rentrent dans le gouvernement de Manuel Valls.

Emmanuelle Cosse, Jean-Vincent Placé et Barbara Pompili rentrent dans le gouvernement de Manuel Valls. - ALAIN JOCARD / AFP

Avec l'arrivée d'Emmanuelle Cosse, Barbara Pompili et Jean-Vincent Placé, les écologistes sont de retour dans l'exécutif. A la faveur d'un remaniement plus large que prévu, François Hollande et Manuel Valls font revenir les écologistes dans les ministères, plus d'un an après les départs de Cécile Duflot et Pascal Canfin.

Ils sont de retour. Annoncé depuis des semaines, le remaniement ministériel permet ce jeudi aux écologistes de revenir dans l'exécutif. François Hollande fait rentrer parmi les membres du gouvernement trois écologistes: Emmanuelle Cosse, patronne d'EELV, ainsi que Barbara Pompili et Jean-Vincent Placé qui ont pris leurs distances avec le parti il y a plusieurs mois.

Le symbole le plus fort vient de la secrétaire nationale d'Europe Écologie-Les Verts (EELV), Emmanuelle Cosse, qui a été nommée ministre du Logement, en remplacement de Sylvia Pinel. C'est ainsi la patronne d'EELV qui fait son entrée au gouvernement alors que le parti était divisé sur son appartenance à la majorité gouvernementale. D'autant plus que cette nomination se fait au même poste que Cécile Duflot, qui avait refusé d'appartenir à un gouvernement Valls en mars 2014. Cette arrivée au gouvernement signe aussi le départ de la conseillère régionale de 41 ans de la tête d'un parti rongé par les divisions depuis deux ans.

Un retour qui passe mal chez certains écologistes

De son côté, la députée picarde Barbara Pompili est nommée secrétaire d'Etat chargée des Relations internationales sur le climat. Elle travaillera donc avec Ségolène Royal. Comme Jean-Vincent Placé, aussi entrant au gouvernement, elle avait quitté EELV il y a plusieurs mois après des divisions sur les relations avec la majorité socialiste. Le sénateur écologiste est lui nommé secrétaire d'Etat chargé de la Réforme de l'Etat et à la Simplification.

Aussitôt arrivé, ce retour des écologistes est déjà critiqué dans leur propre rang. Le député Sergio Coronado, partisan d'une prise de distance avec la majorité socialiste s'en prend directement à Emmanuelle Cosse, parlant de "déchéance". L'eurodéputée Michèle Rivasi y voit elle la "fin des soldes du renoncement et du bradage des écolos opportunistes". 

Avec cette arrivée, les écologistes devront partager les bancs du gouvernement notamment avec Jean-Marc Ayrault, nouveau ministre des Affaires étrangères et grand défenseur de l'aéroport de Notre-Dame-des-Landes. L'un des sujets de discorde entre les verts et le gouvernement depuis le début du quinquennat.

Ivan Valerio avec AFP