BFMTV
Gouvernement

L'Elysée annonce qu'un militaire français a été tué samedi au Mali

La présidence de la République a annoncé ce dimanche qu'un de nos militaires avait été tué la veille au Mali. Le brigadier Alexandre Martin est tombé sous un tir de mortier contre le camp de la Force Barkhane où il servait, à Gao.

L'Elysée a annoncé ce dimanche que l'un de nos soldats avait été tué la veille à Gao, au Mali. Le brigadier Alexandre Martin, du 54e régiment d'artillerie de Hyères, est tombé lors de l'assaut mené au tir de mortier contre le camp de la Force Barkhane où il servait. Il était âgé de 24 ans. L'attaque, dont les auteurs ont été neutralisés, a également fait neuf blessés.

Dans un communiqué paru ce dimanche en milieu de matinée, la présidence de la République a fait part de sa "très vive émotion". Le chef de l'Etat "salue avec respect la mémoire de ce soldat, mort pour la France dans l’accomplissement de sa mission", précise le texte. "Il s’associe à la douleur de sa famille, de ses proches et de ses frères d’armes. Il les assure de la reconnaissance et de la solidarité de la Nation", poursuit le communiqué.

"Détermination" dans la lutte contre le jihadisme

L'Elysée a rendu un nouvel hommage à nos troupes dans l'ouest de l'Afrique: "Le Président de la République salue le courage des militaires engagés au Sahel et leur exprime sa totale confiance".

Le communiqué élyséen précise que le président de la République "confirme la détermination de la France à poursuivre la lutte contre le terrorisme dans la région, aux côtés de ses partenaires".

Les assaillants neutralisés

La base française de Gao a essuyé une dizaine de tirs de mortier au total d'après un complément d'information livré par le ministère des Armées. Touché lors de cette offensive, Alexandre Martin a été immédiatement pris en charge mais a succombé à ses blessures lors de l'opération menée en urgence à l'antenne médicale du camp. Neuf blessés sont également à déplorer.

C'est sur les coups de 17h samedi que la position de l'armée a été prise pour cible a pour sa part dévoilé l'état-major des Armées qui a également souligné que les assaillants avaient été neutralisés par une patrouille d'hélicoptères d'attaque.

L'hommage de toute l'armée

Le chef d'état-major des Armées, le général Thierry Burkhard a joint l'expression de sa "profonde tristesse" à celle d'Emmanuel Macron.

"Profonde tristesse à l’annonce de la mort au combat du brigadier Alexandre Martin le 22 janvier à Gao au Mali. Je salue son engagement. Toutes mes pensées vont vers sa famille, ses proches et ses frères d’armes", a-t-il tweeté.

Florence Parly, ministre des Armées, a quant à elle posté:

"Je m’incline devant la mémoire du brigadier Alexandre Martin, soldat de l’opération Barkhane, mort pour la France au Mali. J’adresse toutes mes condoléances à sa famille, ses proches et ses frères d’armes."

"Agile, déterminé": le portrait d'Alexandre Martin par l'un de ses officiers

Le colonel Pierre Bernard, chef du corps du 54e régiment d'artillerie où exerçait Alexandre Martin, a dit quelques mots sur le militaire à la mi-journée auprès de notre antenne. Déclarant que le jeune homme avait rejoint le régiment dès le 1er septembre 2015, l'officier a marqué son "excellent état d'esprit", célébrant son "très bon potentiel". Il a loué et détaillé la grande expérience opérationnelle dont pouvait déjà se prévaloir celui qu'il a présenté comme un "soldat agile et très déterminé" du haut de ses 24 ans: "Il a été déployé à plusieurs reprises dans le cadre de l’opération Sentinelle mais aussi en Guyane et en Martinique et à Djibouti".

Une trajectoire qui a convaincu sa hiérarchie de l'envoyer intégrer la Force Barkhane. Le colonel Pierre Bernard a confirmé que des hommages officiels seraient organisés en sa mémoire sans pour autant pouvoir en dire davantage à ce stade, notant la "vive émotion" de ses frères d'armes du 54e régiment.

R.V. avec AFP