BFMTV

Centrafrique: réunion à Matignon avant un débat au Parlement

Le Premier ministre Jean-Marc Ayrault précisera mardi aux parlementaires les objectifs de l'opération Sangaris en Centrafrique

Le Premier ministre Jean-Marc Ayrault précisera mardi aux parlementaires les objectifs de l'opération Sangaris en Centrafrique - -

Jean-Marc Ayrault réunit mardi matin à Matignon les responsables parlementaires pour les informer de l'intervention française en Centrafrique.

Alors que l'armée française a déjà entamé lundi à Bangui le désarmement des milices et groupes armés, Jean-Marc Ayrault réunit mardi matin à Matignon les responsables parlementaires pour les informer de l'intervention française en Centrafrique. Un débat sans vote doit suivre dans l'après-midi à l'Assemblée et au Sénat.

Le Premier ministre devrait donner de nouvelles précisions à partir de 8h à Matignon devant les présidents des deux chambres, les responsables des groupes parlementaires, ainsi que les présidents des commissions des Affaires étrangères et de la Défense.

Les ministres de la Défense, Jean-Yves Le Drian, et des Relations avec le Parlement, Alain Vidalies, participeront à cette réunion qui devrait durer environ 2 heures.

Préciser les objectifs

La traditionnelle séance des questions d'actualité à l'Assemblée du mardi après-midi sera ensuite remplacée par un débat sans vote ouvert par le Premier ministre qui informera les députés sur les opérations en Centrafrique, en application de l'article 35 de la Constitution.

Celui-ci prévoit que le gouvernement "informe le Parlement de sa décision de faire intervenir les forces armées à l'étranger, au plus tard trois jours après le début de l'intervention", et "précise les objectifs poursuivis". L'ensemble des groupes s'exprimeront ensuite.

Il en sera de même au Sénat au même moment, où le discours de Jean-Marc Ayrault sera lu par un ministre. Il était prévu que Laurent Fabius s'acquitte de cette tâche, mais celui-ci accompagnant le président François Hollande en Afrique du Sud pour l'hommage à Nelson Mandela, il devrait être remplacé par Jean-Yves Le Drian.

M.G. avec AFP