BFMTV

Ayrault: "les députés PS veulent faire bloc"

Jean-Marc Ayrault avant sa rencontre avec les députés socialistes mardi matin au Palais Bourbon.

Jean-Marc Ayrault avant sa rencontre avec les députés socialistes mardi matin au Palais Bourbon. - -

Le Premier ministre a rencontré les députés socialistes mardi matin, juste avant que ne passe au vote la loi de finances qui doit servir de point d'ancrage à la politique engagée par son gouvernement et fixée par le chef de l'Etat.

Le Premier ministre Jean-Marc Ayrault est fatigué des polémiques. Fatigué de devoir recadrer à tour de bras. Mardi, il est venu une nouvelle fois face aux députés socialistes appeler à "revenir à l'essentiel". Et selon ses mots ceux-ci l'ont entendu. "Il sont prêts à faire bloc", a-t-il affirmé après une entrevue de près d'une heure.

Le chef de file des députés UMP, Christian Jacob, avait lui estimé que le Premier ministre devait "poser la question de confiance" à l'Assemblée nationale pour vérifier que "sa majorité, qui explose, le suit toujours".

Indirectement il a eu le droit à une réponse. "J'ai l'appui d'une immense partie de la majorité", a affirmé Jean-Marc Ayrault. "C'est utile et réconfortant pour réussir notre mission".

"Mettre en œuvre la politique du président de la République"

Plus tôt, Malek Boutih avait annoncé un "remontage de bretelles". Si Jean-Marc Ayrault n'a pas confirmé que les murs ont trembler, le ton était volontairement ferme et rétif aux petites phrases chocs avant la réunion. "L'immense majorité est lassée des polémiques et prête à faire bloc", a-t-il assuré. Revenir à l'essentiel donc et, pas "comme vous le faites trop souvent", a-t-il dit aux journalistes, "rester sur l'émotionnel".

A l'Assemblée nationale, le Premier ministre, longtemps chef du groupe PS, est venu parler de la loi de finances, votée ce mardi après-midi au Palais Bourbon. "Elle doit mettre en œuvre la politique du président de la République", a-t-il dit. "C'est une loi au service de l'emploi et au service du financement de nos réformes".

"Elle sera largement votée et c'est ça, l'événement politique du jour", argue un Jean-Marc Ayrault professoral avant d’égrainer les derniers succès politiques: réforme des retraites, loi de programmation militaire avant de se projeter sur la loi de financement de la Sécurité sociale qui va "assurer l'accès aux soins et le droit à la santé pour tous".

"Un cap fixé et tenu"

"Nous sommes engagés dans une politique de redressement de la France", a poursuivi Jean-Marc Ayrault, laissant les questions sur Harlem Désir ou Leonarda sans réponses. "Il faut se concentrer là-dessus. Si nous perdons le fil de l'essentiel alors la politique perd son sens", a estimé le locataire de Matignon.

Et Jean-Marc Ayrault, dans le même sens que François Hollande, défend "un cap fixé et tenu". "L'important c'est de se rassembler" a-t-il répété aux députés de son camp, trop souvent dispersés. "Les Français attendent de nous d'être exemplaires pour réussir la politique engagée. C'est la message." L'union fait la force en quelque sorte.

S.A.