BFMTV

Alliance UMP-FN: Ayrault irrite

Le Premier ministre Jean-Marc Ayrault

Le Premier ministre Jean-Marc Ayrault - -

Le Premier ministre a pointé lundi à Bondy, le "risque d'une alliance entre la droite française classique et l'extrême droite".

Le Premier ministre a pointé lundi à Bondy, le "risque d'une alliance entre la droite française classique et l'extrême droite". Les propos de Jean-Marc Ayrault , prononcé dans le cadre de l'émission "Bondy Blog Café" n'ont pas tardé à faire réagir.

Plus tôt, Jean-François Copé s'en était déjà pris au Premier ministre au sujet de l'élection cantonale de Brignoles. Cela avait été, pour le président de l'UMP, l'occasion d'afficher la position de son parti: "Ce qui importe, ce n'est pas le calcul électoral. Chacun a compris ce qu'est la position de l'UMP: pas d'alliance avec le FN, pas d'alliance non plus avec un PS qui est allié avec le Parti de gauche de Jean-Luc Mélenchon, et qui n'a rien à envier au parti de Marine Le Pen".

Des contacts noués au niveau local

De son côté, l'eurodéputé Brice Hortefeux, considéré comme la voix officielle de Nicolas Sarkozy, a recommandé sur RTL d'être "attentif" à ce que dit le FN, tout en combattant les "dangers" de son programme. "On doit être attentif à ce que dit le FN, qui témoigne de l'exaspération des Français", selon lui. "On ne doit pas aborder les sujets de sécurité, d'immigration de justice en se bouchant le nez et avec des pincettes".

"Ecouter et entendre", a résumé Brice Hortefeux, pour qui il faut aussi "être offensif pour dénoncer non pas les erreurs du FN, mais les dangers qu'il fait courir à notre pays".

Pourtant, "nous savons que des contacts au niveau local ont été noués" entre l'UMP et le FN, affirme le socialiste Assouline. Une affirmation que ne conteste presque pas le parti frontiste, se contentant d'établir une précision dans un communiqué: "nous nouerons des alliances avec des candidats patriotes, pas avec un parti".

"Au lendemain de Brignoles, assène le vice-président du FN Florian Philippot, la seule alliance que nous avons vue, c'est celle du PS et l'UMP pour rejeter le front national". Avec le succès que l'on sait.

S. A.