BFMTV
Rassemblement national

Régionales: Marine Le Pen candidate dans le Nord-Pas-de-Calais/Picardie

Après avoir longtemps tergiversé, Marine Le Pen a annoncé officiellement mardi qu'elle est candidate aux régionales de décembre en Nord-Pas-de-Calais/Picardie.

Marine Le Pen a mis fin à un faux suspense mardi matin: elle a annoncé sa candidature aux élections régionales dans la future région Nord-Pas-de-Calais/Picardie, qui comprend une partie de la circonscription où elle est élue en tant que députée européenne. L'intéressée avait fait savoir il y a déjà plusieurs jours qu'elle avait "pris sa décision", et que si elle y allait, ce serait "faisant fi de la raison", avec "passion". 

Cette annonce, faite sur ITELE, intervient après une longue hésitation. Depuis des mois, la présidente du FN affronte un véritable dilemme sur l'opportunité de se lancer ou pas dans ce combat électoral, un peu plus d'un an avant l'élection présidentielle. Mais de l'avis général en interne, cette région constitue aussi la meilleure chance de victoire pour le parti en décembre.

Selon un sondage Opinionway publié lundi soir, Marine Le Pen arriverait en tête du second tour avec 37% des voix, contre 32% à Xavier Bertrand et 31% au socialiste Pierre de Saintignon. Il y a près d'un mois, un sondage Ifop commandé par Europe Ecologie-Les Verts la donnait en tête du premier tour avec 31% à 32%, selon quatre différentes hypothèses proposées aux sondés (union gauche et Verts avec deux têtes de liste différents, union Front de Gauche-EELV, gauche dispersée). Xavier Bertrand, soutenu par Les Républicains et l'UDI, suivrait avec 28%.

Marine Le Pen critique déjà Xavier Bertrand

Si sa campagne ne va démarrer officiellement que ce mardi, elle a pourtant, dans les faits, déjà commencé. Marine Le Pen ne s'interdit aucun commentaire sur la gestion de la région, bien au contraire. "C'est une des régions les plus endettées de France", a-t-elle affirmé sur Sud Radio le 23 juin. "De manière générale, l'argent public déversé dans les régions de manière folle est une honte. Mais la région Nord-Pas-de-Calais a été trop excessive dans ses embauches. C'est un symbole du clientélisme."

Au passage, Marine Le Pen en a profité pour critiquer son adversaire des Républicains, Xavier Bertrand. "Avec ses propos désagréables, il me rappelle étrangement l'entrée en campagne de Jean-Luc Mélenchon aux législatives 2012. Leurs pensées sont tellement petites alors que les miennes sont bien plus grandes". Elle juge notamment son slogan de campagne ("Une région au travail") "extrêmement méprisant à l'égard des habitants. Ça fait un peu 'bande de feignants'". Et ironique, de la part de celui qui fut, pour elle, le "ministre du chômage". 

A. K. avec AFP