BFMTV

Marine Le Pen tente de minimiser le départ de Florian Philippot

Lors d'une conférence de presse ce samedi à Toulouse, la présidente du FN s'est montrée rassurante sur l'avenir du parti, tout en avertissant son ancien bras droit.

La tension est loin d'être retombée entre Marine Le Pen et Florian Philippot. A l'issue d'une série de déclarations par médias interposés, le numéro 2 du FN a annoncé jeudi qu'il quittait le parti. Samedi, en déplacement à Toulouse pour la première étape d'une tournée des fédérations, Marine Le Pen a fait le bilan de cette semaine chaotique pour le FN, et en a profité pour annoncer la date de la tenue du congrès du parti, qui aura lieu le 11 mars prochain.

"Le débat consiste à accepter les critiques. C'est un peu ce que l'on a essayé d'expliquer à Florian Philippot lorsqu'il était en charge de la stratégie", rappelle Marine Le Pen. "Moi, je vais répondre aux critiques, je vais les entendre. Si je les trouve injuste, j'exposerai mes arguments. La règle du jeu que je pose, c'est que ce soit constructif". 

"C'est déjà fini"

"Nous avons mené cette campagne ensemble. Plutôt que chercher des responsabilités il faut entendre, comprendre les résultats pour demain être meilleurs, plus en adéquation avec les électeurs", ajoute encore la présidente du Front national.

Quant à Florian Philippot, Marine Le Pen refuse l'analyse selon lequel son ex-bras droit a été un "fusible".

"C'est erroné. J'ai assumé mes responsabilités. Florian Philippot n'a pas été un fusible, mais il ne faudrait pas qu'il fasse l'inverse non plus".

Alors que plusieurs proches de Florian Philippot ont annoncé leur départ du FN pour rejoindre son association Les Patriotes, la patronne du FN se veut rassurante sur l'avenir du parti: pour elle cette rupture, "c'est déjà presque fini." "Un événement politique qui disparaît en 24 heures, c'est un non-événement", ajoute-t-elle. A voir si les militants seront du même avis.

A. K.