BFMTV

Marine Le Pen: "Je suis farouchement contre toute intervention en Syrie"

-

- - -

Invitée mardi matin de Jean-Jacques Bourdin sur BFMTV, Marine Le Pen s'est dite "farouchement" opposée à toute idée d'intervention militaire contre le régime syrien de Bachar Al-Assad, invoquant le manque de preuves et les risques de représailles contre la France.

Invitée mardi matin de Jean-Jacques Bourdin sur BFMTV, Marine Le Pen a montré une vive hostilité à l'imminence d'une intervention en Syrie : "Je suis farouchement contre toute intervention, quelles que soient les preuves apportées [sur une attaque chimique de Damas contre le peuple syrien]".

"J'ai un peu le sentiment qu'on essaie de construire des preuves, s'est justifiée la présidente du FN. On aimerait que la justice française réagisse comme ça, et que Mme Taubira exprime cette volonté de punir les criminels en France".

Craintes pour la sécurité de la France

Marine Le Pen en est convaincue, "l'intérêt de la France n'est pas concerné, nous n'avons [donc] pas à intervenir. Tirons les leçons du passé: regardons l'Irak, regardons la Libye. Pourquoi n'a-t-on pas de nouvelles de la Libye ? C'est la charia qui règne en Libye... et c'est nous qui sommes responsables de ça (...). Quels que soient les crimes de Bachar, nous n'avons pas à intervenir en Syrie", martèle la présidente du Front national, avant de conclure: "Moi je n'ai pas d'amitié pour Bachar! C'est Nicolas Sarkozy qui l'a reçu! Il s'agit là d'une poudrière. Ce que je vois c'est la sécurité pour notre pays".

Réforme des retraites: "Les familles vont payer"

Hostile à la réforme des retraites, Marine Le Pen ne descendra pas dans la rue mardi 10 septembre avec la CGT et Force Ouvrière . "Je ne manifeste pas au côté des complices de la situation économique de la France. Or je tiens la CGT comme complice".
La patronne du FN voit "une très belle continuité entre la politique de Nicolas Sarkozy et celle de François Hollande. Lorsque nous parlions de l'UMPS, nous étions près de la réalité".

ALM