BFMTV

Le coiffeur de Marine le Pen quitte le FN, harcelé par les cadres du parti

La Président du parti aurait refusé de prendre des mesures pour soutenir Christopher D.

La Président du parti aurait refusé de prendre des mesures pour soutenir Christopher D. - Matthieu Alexandre - AFP

Le jeune homme accuse les cadres du FN d'avoir entravé sa carrière politique. Selon lui, il aurait averti Marine Le Pen dans un courrier sans qu'elle ne réagisse.

Christopher D. est dégoûté de la politique. Ce jeune coiffeur de 25 ans, qui s’occupait des cheveux de Marine Le Pen, avait pourtant de réelles ambitions pour le Front National: au moment de la campagne de 2012, l’apparence de la candidate aux présidentielles devient cruciale: "j’étais aussi une sorte de conseiller image", confie-t-il au Point, qui raconte son histoire, ce vendredi.

Mais Christopher D. est gay, ce qui va lui attirer des ennuis, non pas avec les membres plus réactionnaires du FN, mais avec certains hommes de l’entourage de Marine Le Pen, eux aussi homosexuels.

Selon le jeune homme, il aurait été harcelé sexuellement par plusieurs membres du parti, expérience qu’il aurait détaillée dans une lettre remise en main propre à la dirigeante du parti. "Je n’ai jamais obtenu de réponse", affirme-t-il. "Chez les hétéros, on dénonce régulièrement et à juste titre le harcèlement sexuel. Chez les homosexuels, cela existe aussi, il faut le dire", précise-t-il.

"Il faut coucher pour réussir"

Il aurait ainsi été invité dans le domicile personnel d’un dirigeant du Rassemblement Bleu marine, qui lui aurait fait des avances inappropriées. Ce dernier, contacté par Le Point (l’hebdomadaire ne révèle pas son identité), aurait reconnu avoir invité Christopher D. à son domicile, "comme d’autres", mais nie les accusations d’harcèlement.

Celui qui espérait monter petit à petit dans les rangs du Front National, sur le modèle du maire de Fréjus, David Rachline, quitte alors le parti pour s’installer dans sa ville d’origine, Marseille. La publication des photos de Florian Philippot et de son compagnon dans Closer le poussent aujourd’hui à raconter son histoire, pour réparer une "injustice". Pas question pour autant de retrouver la politique: "il faut coucher pour réussir, et ce n'est pas mon truc".

J.S