BFMTV

Jean-Marie Le Pen sur les chambres à gaz: "Ce que j'ai dit correspondait à ma pensée"

Jean-Marie Le Pen sur le plateau de BFMTV-RMC, jeudi 2 avril 2015

Jean-Marie Le Pen sur le plateau de BFMTV-RMC, jeudi 2 avril 2015 - BFMTV

Jean-Marie Le Pen persiste et signe. Interrogé jeudi matin par Jean-Jacques Bourdin sur ses propos litigieux, lorsqu'il avait assuré que les chambres à gaz étaient un "point de détail" de l'Histoire, le président d'honneur du Front national a assumé ses déclarations, répétant qu'il n'avait jamais regretté ses propos, "à aucun moment".

"Ce que j'ai dit correspondait à ma pensée, que les chambres à gaz étaient un détail de la guerre, à moins d'admettre que c'est la guerre qui était un détail des chambres à gaz", a-t-il soutenu sur BFMTV-RMC. "Vous maintenez ces propos?", lui demande Jean-Jacques Bourdin.

"Oui absolument, je les maintiens, parce que je crois que c'est la vérité et que ça ne devrait choquer personne", a-t-il affirmé.

"On a instrumentalisé cette affaire contre moi en y introduisant un soupçon d'antisémitisme, alors que je mets au défi quiconque de citer une phrase antisémite dans ma vie politique", a poursuivi Jean-Marie Le Pen.

Puis interrogé à plusieurs reprises sur l'horreur des chambres à gaz, Jean-Marie Le Pen a rétorqué: "La guerre est horrible vous savez, un éclat d'obus qui vous déchire le ventre, une bombe qui vous décapite, une chambre qui vous asphyxie, tout ça c'est assez ignoble, c'est vrai."

S. C.