BFMTV

Florian Philippot: "Il faut séparer la vie privée de l'engagement politique"

Le vice-président du FN, Florian Philippot, était l'invité de Jean-Jacques Bourdin ce lundi à 8h35 sur BFMTV et RMC.

Le vice-président du FN, Florian Philippot, était l'invité de Jean-Jacques Bourdin ce lundi à 8h35 sur BFMTV et RMC. - BFMTV

VIDEO - Florian Philippot, vice-président du Front national, était l'invité de Jean-Jacques Bourdin sur BFMTV et RMC ce lundi.

Invité ce lundi matin sur BFMTV et RMC, le vice-président du FN, Florian Philippot, a réagi aux propos de François Hollande qui "assume" la responsabilité des chiffres du chômage. Il est aussi revenu sur le débat de son réveillon avec des jeunes UMP et la polémique sur le refus d'inhumer un bébé rom sur la commune de Champlan.

#Economie: la France "à la moulinette"

François Hollande assume les mauvais chiffres du chômage? "Difficile de faire autrement", pour Florian Philippot qui estime que le président de la République ne change pas de politique mais "ne fait que suivre les instructions qui viennent de Bruxelles". "On cherche à faire passer la France à la moulinette de la déréglementation" a critiqué le proche conseiller de Marine Le Pen, évoquant la loi Macron, - "un copié-collé des recommandations de la Commission européenne, selon lui - qui sera discutée au mois de janvier à l'Assemblée nationale.

S'il était député, l'élu européen a assuré qu'il ne "voterait pas" une loi qui "ne relève pas les vrais défis". "En quoi est-ce une chance de se faire racheter tous nos fleurons par l'étranger?", s'est aussi interrogé Florian Philippot en réaction du rachat du Club Med par le consortium chinois Fosun. "Ce n'est pas le signe d'une économie qui va bien", a-t-il jugé.

#Réveillon: un débat "navrant"?

"Je suis passé à un réveillon étudiant et ça fait l'affaire du siècle?", s'est interrogé Florian Philippot, qualifiant l'événement de "navrant". Plusieurs responsables des jeunes de l'UMP ont en effet fêté le passage à la nouvelle année chez une jeune militante du FN, lors d'une soirée à laquelle Florian Philippot a fait une apparition. "C'est une fête privée, il faut savoir séparer la vie privée de l'engagement politique", a tranché le vice-président du FN.

# Refus d'inhumer un bébé rom: "une attitude inhumaine"

Interrogé sur le refus d'un maire de l'Essonne d'enterrer un bébé rom sur la commune de Champlan, Florian Philippot a condamné "une attitude inhumaine". Alors que le maire nie avoir refusé cette inhumation, Florian Philippot a estimé que "c'est bien sûr choquant", "mais cela ne doit pas masquer l'immense problème des campements roms".

# Immigration: "on joue le jeu des passeurs"

Au sujet des migrants qui arrivent en Italie, Florian Philippot a jugé qu'"avec la politique qu'on mène (...), on joue le jeu des passeurs et des mafias qui abandonnent les cargos et qui attendent qu'on aille les chercher". "Il faut mener une politique dissuasive: prendre ces cargos et les ramener vers leur port d'origine", a estimé le vice-président du FN.

"Il faut recentrer l'asile sur les 'vrais' réfugiés", a insisté Florian Philippot et "arrêter d'en faire une filière d'immigration supplémentaire". "Le droit d'asile est un droit souverain des Etats" a répété le numéro 2 du FN. 

# Ecologie: la hausse des tarifs du train "pas très écolo"

Réagissant à la hausse des prix du train au profit du transport en autocar, Florian Philippot a estimé que ce n'était "pas très écolo" et qu'il s'agissait d'un "sacré retour en arrière". "Le train et l'avion seront réservés aux plus riches, et puis les deuxièmes et peut-être troisièmes classes iront vers l'autocar", a prédit Florian Philippot. Interrogé sur d'autres problématiques écologiques et énergétiques, Florian Philippot a prôné l'importance de produire "sur place", "on est écolo parce qu'on évite de produire en Chine où on pollue beaucoup", a-t-il argumenté. Il a rappelé la position du Front national "contre la production aujourd'hui du gaz de schiste" mais "ouvert à toute recherche". "Il faut maintenir aujourd'hui le nucléaire" mais pas taxer le gasoil, a encore détaillé Florian Philippot sur les questions énergétiques.

# International: des mouvements de gauche "très intéressants" 

Revenant sur la victoire probable de la gauche radicale en Grèce, Florian Philippot a estimé qu'"aujourd'hui le clivage n'est plus entre la gauche et la droite, il est sur les questions européennes". Au sujet de Syriza en Grèce et Podemos en Espagne, considérés comme des mouvements de gauche radicale, il a jugé "très heureux que le peuple relève la tête" dans différents pays européens. "Podemos est très intéressant", a confirmé l'élu d'extrême-droite, justifiant ses propos par le fait que "cela fait monter le débat sur l'euro, l'austérité et les politiques anti-démocratiques".

A. D.