BFMTV

Emploi d'assistants parlementaires européens: Bruno Gollnisch dénonce une "persécution"

Bruno Gollnisch lors d'une séance de vote au Parlement européen, le 19 mai 2015. (Photo d'illustration)

Bruno Gollnisch lors d'une séance de vote au Parlement européen, le 19 mai 2015. (Photo d'illustration) - FREDERICK FLORIN / AFP

Bruno Gollnisch, eurodéputé FN, a dénoncé ce jeudi une "persécution" du Parlement européen, qui devrait lui demander de rembourser l'emploi aux frais de l'UE d'un assistant parlementaire dont il n'aurait pu fournir "la preuve du travail".

Une source proche du dossier a expliqué ce jeudi à l'AFP qu'une "somme de 200.000 euros devra être remboursée par M. Gollnisch", et non 380.000 euros comme l'avait indiqué à l'AFP une première source mercredi soir. Bruno Gollnisch s’est retranché derrière "la confidentialité des échanges" et n'a pas voulu confirmer ce montant, ne souhaitant pas "donner de publicité à ses persécuteurs", à savoir le Parlement européen. Celui-ci lui reproche d’avoir employé un assistant parlementaire sans pouvoir prouver le travail de ce dernier, ce que le député européen conteste.

Jean-Marie Le Pen visé aussi par le Parlement européen

L'eurodéputé souligne en outre qu'il ne fait pour l'instant "l'objet d'aucun ordre de reversement que ce soit". Ce qu'a confirmé la source proche du dossier: "La procédure de remboursement n'a pas encore commencé. Elle suivra ensuite le même chemin que pour Jean-Marie Le Pen". Le Parlement européen réclame à ce titre 320.000 euros au co-fondateur du Front national. Jean-Marie Le Pen s'est en outre vu priver depuis début mai de la moitié de sa rémunération de député européen, qui est passée de 6.200 à 3.100 euros mensuels nets, et de la totalité de son enveloppe de frais généraux de 4.300 euros.

A.M avec AFP