BFMTV

2017: la bataille sur la ligne politique du FN n'aura pas lieu sur Twitter

Après les élections régionales, Marine Le Pen et Marion Maréchal-Le Pen ont fait le même constat: le FN n'arrive toujours pas à briser le plafond de verre qui doit lui permettre de remporter une victoire majeure. Mais pour y remédier, les deux héritières n'ont pas la même stratégie et devraient s'affronter lors d'un séminaire prévu en février.

Le Front national se réunira les 5, 6 et 7 février en séminaire interne pour débattre de sa stratégie en vue de la présidentielle 2017. Selon des frontistes, il s'agira de débattre des échecs répétés du parti au second tour des scrutins de 2015: défaite dans les 13 régions où il était au second tour en décembre aux régionales, seulement 31 victoires sur 1.107 seconds tours aux départementales de mars. Et justement, ce rendez-vous devrait voir s'affronter deux lignes au sein du FN pour y remédier: celle défendue par la présidente du parti, Marine Le Pen, et celle de sa nièce, la députée du Vaucluse, Marion Maréchal Le Pen.

L'économie au centre des débats frontistes

Cette dernière dresse le constat suivant: si le FN reste bloqué aux portes du pouvoir, il faut réorienter le discours vers la droite car la seule chance de succès de son camp est face à la gauche. En clair, il faut prendre la place de la droite sur l'échiquier politique. Sinon, explique un cadre du parti proche de Marion Maréchal Le Pen, le FN est condamné à rester aux extrêmes; ce que le PC a été au PS dans les années 80.

Et c'est notamment vers les patrons que lorgne la benjamine de l'Assemblée nationale. Elle entend les séduire avec des mesures libérales, sur la ligne prônée par Jean-Marie Le Pen, et notamment la suppression de l'ISF.

A l'inverse, Marine Le Pen ne cible pas. Elle vise le rassemblement large des "patriotes de droite et de gauche" -que le camp Marion Maréchal Le Pen qualifie de ligne Philippot au FN- avec un programme économique plus proche de l'extrême gauche que du Medef. Hausse du Smic et sortie de l'euro figurent toujours dans ses projets.

Un lieu sans réseau téléphone

Marine Le Pen cherche aussi dès aujourd'hui à débaucher à droite des élus et, pourquoi pas, de futurs ministres. Dans son esprit aussi, elle est persuadée qu'elle sera qualifiée pour le second tour de la prochaine présidentielle. Convaincue également qu'elle sera la candidate et donc qu'elle "ne sera liée à aucun programme" autre que le sien.

"Nous allons discuter de tout", a pourtant assuré la présidente du FN au Monde au milieu de sa cure de silence annoncée en début d'année. De "tout", certes, mais pas question que les débats et les divergences soient publics et que les passes d'armes s'étalent sur Twitter. En effet, la direction du parti s'est mis en quête d'un lieu sans réseau téléphonique pour maintenir le secret du huis-clos.

S.A. avec Apolline de Malherbe