BFMTV

Fraîchement élu à Perpignan, Louis Aliot augmente son indemnité de maire

Louis Aliot (RN) enfile son écharpe de maire de Perpignan après avoir été officiellement élu par le conseil municipal le 3 juillet 2020

Louis Aliot (RN) enfile son écharpe de maire de Perpignan après avoir été officiellement élu par le conseil municipal le 3 juillet 2020 - RAYMOND ROIG © 2019 AFP

Le nouveau maire de la cité catalane a profité du conseil municipal d'installation vendredi pour faire augmenter son indemnité, ce qui a passablement agacé l'opposition.

Première polémique. Le nouveau maire de Perpignan (Pyrénées-Orientales), étiqueté Rassemblement national (RN) a dirigé son conseil municipal d'installation à la tête de la commune de 120.000 habitants vendredi.

Et parmi les premières mesures soumises au vote, le nouvel édile a proposé l'augmentation de son indemnité d'élu de 17%, rapporte France Bleu.

"Ce sera votre Fouquet's", a asséné l'un des membres de l'opposition, Bruno Nougayrede, cité par la station de radio publique, indiquant que cette augmentation représente "60.000 euros sur l'intégralité du mandat".

Une augmentation des indemnités de certains élus de la majorité avait déjà été votée en 2016. Membre de l'opposition à l'époque, Louis Aliot avait protesté en visant que le maire de l'époque, le LR Jean-Marc Pujol, "se moqu(ait) du monde" en votant cette mesure, "dans la ville la plus pauvre de France", rappelle France Bleu.

Interrogé sur cette contradiction, Louis Aliot a livré sa justification:

"À l'époque, cette décision est arrivée en plein mandat et non pendant le conseil municipal d’installation. Et ils avaient privé l'opposition d'indemnité pour s'augmenter eux-mêmes. Là c'est différent. Nous gardons la même enveloppe, on va juste la répartir différemment entre le maire, les adjoints et les conseillers." 

Louis Aliot a été officiellement élu maire de Perpignan vendredi 3 juillet. Il s'agit de la plus grosse prise du RN aux municipales depuis Toulon en 1995.

Ce samedi, il a toutefois échoué à se faire élire à la tête de l'agglomération de Perpignan, qui reste aux mains des Républicains.

Clarisse Martin Journaliste BFMTV