BFMTV

Femen sur les Champs-Élysées: Castaner assure que la sécurité de Trump n'a pas été "menacée"

Les trois militantes ont été placées en garde à vue pour exhibition sexuelle.

L'irruption de trois militantes Femen dimanche sur l'avenue des Champs-Elysées a fait réagir Christophe Castaner. Le nouveau ministre de l'Intérieur a assuré que la sécurité du cortège, ni celle du président américain Donald Trump, n'a "en rien" été menacée. L'une d'entre elles est parvenue à approcher près du véhicule du président américain, qui se rendait aux commémorations de l'armistice du 11 novembre 1918. 

"Elles ont été immédiatement neutralisées", a-t-il dit, soulignant qu'elles étaient "sans arme et sans menace". "C'est une opération de communication visuelle pratiquée par les Femen (...) L'essentiel c'est que la sécurité du cortège et du président des Etats-Unis n'a été en rien menacée", a-t-il ajouté en marge d'une visite de sécurisation du site du Forum de Paris sur la paix. Elles ont été placées en garde à vue pour exhibition sexuelle. 

Selon différents témoignages, elles auraient scandé à plusieurs reprises "Fake peace maker" (que l'on pourrait traduire par "Faux partisan de la paix", ndlr). Elles ont été interpellées, seins nus et poings en l'air. Leurs torses étaient peints du slogan: "Fake peacemakers, real dictators" (Faux pacificateurs, vrais dictateurs).

HS avec AFP