BFMTV

Présidentielle: EELV va organiser une primaire ouverte à la "société civile"

Sandrine Rousseau et Julien Bayou, porte-paroles d'EELV, le 11 juin 2016.

Sandrine Rousseau et Julien Bayou, porte-paroles d'EELV, le 11 juin 2016. - Alain Jocard - AFP

Le conseil fédéral d'Europe Écologie-Les Verts a voté samedi en faveur de l'organisation d'une primaire en vue de l'élection présidentielle de 2017.

Après la décision de Nicolas Hulot de ne pas se présenter à l'élection présidentielle de 2017, ce mardi, l'écologie politique se cherche un nouveau candidat. Le parti Europe Écologie-Les Verts a décidé samedi d'organiser fin octobre une primaire, a annoncé à l'AFP le porte-parole d'EELV, Julien Bayou.

Pour être candidat, il faudra être parrainé par 36 conseillers fédéraux (les "parlementaires" d'EELV), sur un total de 240, "c'est donc assez ouvert", a précisé le porte-parole, en indiquant que cette décision avait été adoptée par les deux tiers du conseil fédéral du parti, réuni vendredi et samedi à Nantes (Loire-Atlantique).

Candidatures de la société civile

Les candidatures sont ouvertes jusqu'à fin août, et seront validées début octobre. Il y aura "la possibilité (d'avoir) des candidatures de la société civile. L'idée n'est pas de restreindre" à EELV seulement cette primaire, a expliqué le porte-parole. "Si on a par exemple le leader d'une grande association paysanne ou écologiste qui veut se présenter, il sera accueilli, je pense, avec bienveillance", a ajouté Julien Bayou.

De même, le vote sera ouvert aux adhérents d'EELV, mais aussi aux "coopérateurs" ou sympathisants, et "il sera possible de s'inscrire pour participer (au vote) jusqu'après le dépôt des candidatures, c'est-à-dire jusqu'à mi-octobre", a poursuivi le porte-parole.

Une charte et des frais de vote

"Si des sympathisants d'associations anti-nucléaires ou autres expriment leur volonté de participer en tant que votants, ils le peuvent", a précisé Julien Bayou. Les votants devront pour ce faire signer une charte et verser une somme inférieure à dix euros, car "le vote a un coût", a-t-il indiqué.

Le conseil fédéral d'EELV a voté aux deux tiers cette décision, l'autre tiers ayant exprimé ses réticences sur "différentes modalités de dates ou de curseurs", a précisé Julien Bayou.

H. M. avec AFP