BFMTV

La mairie de Grenoble baisse les indemnités de ses élus de 25%

Le maire EELV de Grenoble Éric Piolle

Le maire EELV de Grenoble Éric Piolle - -

Il s'agit de la première décision phare du maire EELV Eric Piolle avec... l'installation de moutons près du fort de la Bastille, à deux pas du centre-ville de Grenoble.

La première mesure du maire écologiste Eric Piolle est inattendue. La ville de Grenoble a annoncé mardi dans un communiqué "la baisse de 25% des indemnités attribuées aux élus. En premier lieu, le maire voit ainsi son indemnité ramenée de 5.512 euros à 4.219 euros par mois et ses adjoints de 2.896 à 2.357 euros.

Votée lundi soir en conseil municipal, cette mesure "libère près de 300.000 euros par an", selon la ville, et "représente 1,75 million d'euros sur le mandat. Rien que par cette mesure, on finance un an de gratuité des transports pour les 18-25 ans grenoblois", une autre promesse de campagne de la nouvelle majorité, a commenté le conseiller municipal Pierre Mériaux. La hausse de 25% des indemnités avait été décidée en 2008 par la précédente majorité socialiste.

Des moutons au centre-ville

Autre mesure détonnante, des moutons ont été installés sur la colline de la Bastille dans le cadre d'une expérimentation vouée à "se développer à grande échelle", selon Éric Piolle. Quatre brebis, un bélier et cinq agneaux ont donc commencé à brouter sur les pentes entourant le fort, à quelques pas du centre-ville de Grenoble.

Décidée par la précédente municipalité socialiste, cette expérimentation doit durer trois mois avant d'être éventuellement étendue dans les autres parcs de la ville. Elle a pour but "de maintenir la biodiversité, de lutter contre les risques d'incendie et de sensibiliser les visiteurs à la préservation de la nature en ville", selon un communiqué de la ville.

"C'est quelque chose qui a vocation à se développer à plus grande échelle. Tout ce qui contribue à ramener des animaux en ville est utile", a déclaré Éric Piolle, en évoquant aussi "l'agriculture urbaine".

La nouvelle municipalité, composée d'EELV, du Parti de gauche et de collectifs citoyens, a promis de ramener des animaux en ville notamment en expérimentant "la collecte des ordures par traction animale, l'écopâturage et le fauchage tardif".

S.A. avec AFP