BFMTV

Etat d'urgence: le New York Times s'inquiète des "pouvoirs sans entrave" du président Macron

Emmanuel Macron le 12 juin 2017 sur le perron de l'Elysée.

Emmanuel Macron le 12 juin 2017 sur le perron de l'Elysée. - Lionel BONAVENTURE / AFP

Dans un édito signé par son comité de rédaction, le célèbre quotidien américain s'émeut de la volonté du gouvernement de faire passer dans le droit commun une série de mesures prévues dans le cadre de l'état d'urgence.

A l'annonce de la victoire d'Emmanuel Macron, le 7 mai dernier, les réactions à l'étranger étaient faites d'un mélange de soulagement, face à l'élimination de Marine Le Pen, et de curiosité, devant ce président de 39 ans inconnu quelques années auparavant. Cinq semaines plus tard, une inquiétude certaine transparaît de l'autre côté de l'Atlantique. Dans un édito signé par le comité de rédaction dans son ensemble, le très respecté New York Times s'inquiète de la tournure prise par la nouvelle présidence française. Le texte, publié ce mardi, s'intitule "les pouvoirs sans entrave d'Emmanuel Macron".

Le quotidien américain y analyse tout d'abord les résultats de dimanche soir, estimant qu'ils ne révèlent aucun enthousiasme des Français, puisque plus de la moitié ont préféré rester chez eux plutôt qu'aller voter pour leurs futurs députés.

Des mesures du ressort de l'Intérieur

Mais ce qui inquiète le journal, c'est la perspective, si le raz-de-marée de La République en marche se confirme au second tour, qu'Emmanuel Macron, fort de sa majorité, soit tenté d'"abuser du pouvoir exécutif". En particulier à propos de l'état d'urgence. Il y a quelques jours, Le Monde révélait que le projet de loi sur la lutte contre le terrorisme en cours de préparation prévoyait de faire passer dans le droit commun de nombreuses mesures administratives prévues par l'état d'urgence. Le gouvernement, qui va défendre une nouvelle prolongation jusqu'au 1er novembre, veut officiellement sortir de l'état d'urgence à termes.

Si le projet de loi passe, l'autorité judiciaire sera contournée pour les assignations à résidence de trois mois renouvelables, les perquisitions administratives, l'exploitation des données numériques, des ordinateurs et autres téléphones portables saisis, et la fermeture d’un lieu de culte. Toutes ces mesures seraient du ressort du ministère de l'Intérieur et des préfets. Sans intervention d’un juge judiciaire, sous le seul contrôle du juge administratif et du Conseil d’Etat.

"Troublant" et "alarmant"

"Un centre de contre-terrorisme fait sens, étant donné l'échec de la prévention des attaques menées par des individus non détectés quand les différentes agences n'ont pas réussi à partager leurs informations", écrit le New York Times, qui salue la création d'une "task force" anti-Daesh à l'Elysée.

"L'absence d'un rôle pour le judiciaire, qui pourrait contrôler le pouvoir global de l'exécutif est cependant troublante", poursuit le journal. "Plus alarmant encore, le fait de placer l'état d'urgence dans la loi ordinaire, donnant lieu à un coup de frein permanent aux droits constitutionnels des citoyens français". 

L'avertissement du New York Times

"De telles mesures n'apportent pas grand chose à la lutte contre le terrorisme que la loi actuelle ne peut accomplir, alors qu'elles nuisent réellement aux droits des citoyens", insiste le New York Times, qui en appelle au Conseil constitutionnel, pour empêcher le projet de loi de passer. 

"Le Conseil ne peut pas permettre à ce qui était destiné à être une suspension extraordinaire et temporaire des droits des citoyens de devenir permanente", conclut le journal, qui ne se montre pas particulièrement optimiste. "Sinon, la promesse de Monsieur Macron d'un nouveau départ pour la France pourrait donner lieu à une république plus répressive et préparer le terrain à d'autres abus du pouvoir exécutif au-delà de son mandat."

Charlie Vandekerkhove