BFMTV

Enregistrements: Buisson réfute avoir voulu piéger Sarkozy

L'ancien conseiller de Nicolas Sarkozy assure qu'il n'avait pas l'intention de trahir l'ancien président de la République en enregistrant ses propos. Il s'en explique, ce dimanche, sur notre antenne.

Il n'a jamais eu l'occasion de s'expliquer aussi longtemps sur ce scandale. Invité de BFM Politique ce dimanche, Patrick Buisson assure qu'il n'a en aucun cas cherché à trahir Nicolas Sarkozy en enregistrant à son insu différentes conversations, à l'époque où il le conseillait quand ce dernier était à l'Elysée. Pas de "déloyauté" vis-à-vis de l'ancien Président, plaide-t-il, et pas le moindre regret.

"Je n'ai cherché à piéger personne, je l'ai fait car je pensais que c'était nécessaire à l'exécution de ma tâche", estime sur notre plateau l'ancien directeur de Valeurs actuelles, affirmant avoir uniquement "effectué son travail".

Concrètement, l'usage d'un tel appareil lui aurait permis d'éviter de prendre des notes, ce qu'il était incapable de faire à certaines occasions, explique-t-il.

"Il n'a même pas cherché à m'entendre"

Mais pourquoi n'en avoir jamais parlé au chef d'Etat? "La présence d'un dictaphone sur la table aurait paralysé la conversation", rétorque-t-il. Selon lui, Nicolas Sarkozy, qui était "impulsif et compulsif", n'aurait jamais accepté que "la trivialité de ses propos" soit enregistrée. C'est pourquoi son ancien conseiller n'a même pas cherché à l'informer de la présence d'un enregistreur.

Patrick Buisson estime cependant qu'il "n'y avait aucune déloyauté envers Nicolas Sarkozy" de sa part. Il regrette d'ailleurs que l'ancien président de la République n'ait pas cherché à le voir.

"Il a décidé d'adopter la version des médias. Dans cette affaire, compte tenu de notre familiarité, la moindre des choses aurait été de m'appeler. Mais il n'a même pas cherché à m'entendre",conclut celui qui a publié, le 28 septembre, La Cause du peuple. Un livre explosif dans lequel il règle ses comptes avec l'ancien président de la République, de nouveau candidat en 2017.

Florian Huvier