BFMTV

Endetté, le RN réclame de l'argent aux frères Philippot

Florian et Damien Philippot.

Florian et Damien Philippot. - François NASCIMBENI / AFP

En grande difficulté financière, le Rassemblement national doit trouver des fonds. Jean-Lin Lacapelle, chargé de cette délicate mission, espère bien recouvrer les sommes prêtées à des candidats aux législatives. Au premier rang de ceux-ci, on trouve le cas de Florian et Damien Philippot, a noté L'Opinion ce vendredi.

Pour le moment, ce sont surtout des fonds que le Rassemblement national doit rassembler. Et les frères Philippot, Damien et Florian, qui sont tous deux partis sous un autre ciel politique, celui des Patriotes, sont dans le viseur.

Le parti, nouveau nom du Front national, est endetté à hauteur de 12 à 14 millions d'euros. Ce mercredi, la Cour d'appel de Paris a de plus confirmé la saisie d'aides publiques à destination de la formation, mais en la réduisant cependant de deux à un million d'euros. Pour se refaire financièrement, comme l'a remarqué L'Opinion ce vendredi, le RN, à travers Jean-Lin Lacapelle, son délégué général aux Ressources, cherche à récupérer les sommes prêtées à une centaine de candidats aux législatives. Ces prêts s'échelonnent de 5.000 à 30.000 euros. 

"Tout va se régler devant les tribunaux" 

En mai dernier déjà, le camp lepéniste assignait Damien Philippot, ex-candidat malheureux dans l'Aisne, en justice. Le virement de 23.000 euros visant à rembourser son ancien parti a fini par être effectué quelques jours avant l'audience prévue. "Je n’ai pas eu le temps de dire ouf! C’était du harcèlement digne d’une secte", s'est agacé Damien Philippot auprès du quotidien libéral. 

Mais le duel actuel oppose désormais le même Jean-Lin Lacapelle à Florian Philippot, battu pour sa part dans une circonscription mosellane. Le premier jure "s'occuper personnellement" de la "dette" contractée par le second, tandis que celui-ci dément l'existence même de l'ardoise et a qualifié le délégué général aux ressources du RN de "personnalité radicale", apparenté aux identitaires. "Tout va se régler devant les tribunaux", a promis Jean-Lin Lacapelle. 

Robin Verner