BFMTV
en direct

EN DIRECT - 9000 personnes ont participé à la marche des libertés à Paris

EN DIRECT - 9000 personnes ont participé à la marche des libertés à Paris

Manifestation à Paris pour dénoncer "les attaques contre les libertés", le 12 juin 2021

Les participants à la marche des libertés défilent à Paris de façon désorganisée, et sans slogan commun. Mais ils dénoncent tous le débat sur l'insécurité "porté par l'extrême droite et qui sature l'agenda politique", et la répression des manifestants.

L'homme qui a enfariné Mélenchon pendant la Marche des libertés a été placé en garde à vue

L'homme qui a enfariné Jean-Luc Mélenchon ce samedi pendant la Marche des libertés a été placé en garde à vue, a appris BFMTV.

"Le camp de la liberté et du combat contre l’extrême-droite est passé à l’offensive" se réjouit la marche des libertés

La Marche des libertés a publié un communiqué dans la foulée de l'arrivée du cortège parisien.

"La journée nationale de marches pour les libertés, contre le racisme, le sexisme, et les idées d’extrême-droite, qu’elles soient propagés par la fachosphère, certains médias, le Rassemblement National, la droite ou le gouvernement, a constitué un grand succès. Les 150 initiatives ont rassemblé 150 000 personnes dont 75 000 à Paris.

Les 120 organisations signataires, syndicats, associations, collectifs citoyens, organisations politiques, intellectuels et intellectuelles, artistes, travailleurs, travailleuses, de la culture, réunies dans ces marches, ont démontré tout le potentiel mobilisateur d’un tel rassemblement populaire et unitaire.

Nous constatons que quand il n’y a pas de maintien de l’ordre agressif de la part des forces policières, les manifestations se déroulent dans une ambiance festive.

Avec ce 12 juin, le camp de la liberté et du combat contre l’extrême-droite est passé à l’offensive. Nous allons le poursuivre toutes et tous ensemble. Une des suites sera à Perpignan les 3 et 4 juillet, face au congrès du Rassemblement national".

9000 personnes ont défilé à Paris selon la préfecture

La Préfecture de Police a communiqué les chiffres de la mobilisation parisienne: l'institution signale que 9000 personnes ont participé à cette Marche des libertés contre les idées d'extrême droite.

La Marche des libertés est arrivée dans le calme Place de la République

La Marche des libertés, mobilisée contre la montée des idées d'extrême droite à l'appel de la gauche, politique, associative et syndicale, est arrivée dans le calme ce samedi Place de la République vers 17h à Paris. Le cortège est apparu clairsemé.

Éric Coquerel se félicite d'un "énorme succès"

Dans un message posté sur Twitter, le député LFI a annoncé que la marche des libertés a rassemblé 70 000 personnes à Paris, et 150 000 dans toute la France.

"Énorme succès de la mobilisation pour les libertés et contre les idées d’extrême-droite", s'est-il félicité.

Les chiffres de la police ne sont pas connus. En tout, des rassemblements ont été annoncés dans plus de 140 villes.

Jusqu'à 2 000 manifestants à Marseille

La marche des libertés a réuni jusqu'à 2 000 manifestants à Marseille, selon un journaliste de BFMTV présent sur place.

Les chiffres officiels concernant le nombre de manifestants présents lors de cette marche "contre les idées d'extrême droite" n'ont pas été communiqués.

La police charge les manifestants à Nantes

La marche des libertés a été perturbée à Nantes par une charge des forces de l'ordre contre les manifestants, montrent des vidéos.

Plusieurs participants ont été brièvement nassés, malgré l'interdiction de cette technique par le Conseil d'État jeudi.

Philippe Martinez lie le racisme aux problèmes économiques et sociaux

Lors de la marche des libertés, le secrétaire général de la CGT a réagi à l'enfarinage de Jean-Luc Mélenchon.

Il y voit le syndrome d'une "exaspération" liée à des "problèmes économiques et sociaux, les licenciements, le travail de la jeunesse, qui ne sont suffisamment pris en compte dans le débat politique."

"Il faut que les questions essentielles reviennent dans le débat, insiste Philippe Martine. Ce ne sont pas forcément les questions de sécurité qui sont les plus importantes, à mon avis, aux yeux de ceux qui travaillent."
"Si l'on parle de sécurité, la sécurité de l'emploi en est une qui est importante", note-t-il.

Jordan Bardella condamne l'enfarinage de Jean-Luc Mélenchon

Le vice-président du Rassemblement national a réagi à l'enfarinage du leader de La France insoumise lors de la marche des libertés.

"Le climat politique est de plus en plus tendu. Il ne vise pas seulement le chef de l'Etat, il vise aussi monsieur Mélenchon, a-t-il commenté. On n'a aucune ambiguïté là dessus. Aucune attaque physique contre des élus, on les condamne de la manière la plus claire qui soit, peu importe qui en est la victime."

Des manifestants unis contre les idées de l'extrême droite

La marche des libertés défile à Paris de façon désorganisée, note un journaliste de BFMTV présent sur place.

Des ONG de défense du climat marchent aux côtés des rangs du Parti communiste français et de la France insoumise, sans slogan commun.

En revanche, ils dénoncent tous le débat sur l'insécurité "porté par l'extrême droite et qui sature l'agenda politique", et la répression des manifestants. Il s'opposent également à "un climat de racisme, d'intolérance qui est en train de gangréner la société française".

L'enfarineur de Mélenchon contrôlé mais pas interpellé

L'homme qui a lancé de la farine sur Jean-Luc Mélenchon a été contrôlé par la police, indique cette dernière à BFMTV.

En revanche, il n'a pas été interpellé, puisque l'enfarinage n'est pas un motif d’interpellation ni de garde à vue, précise la police.

Benoît Hamon dénonce un climat de violence politique

Avant le démarrage de la marche des libertés, le président et fondateur de Génération.s a dit avoir renoncé à y emmener ses enfants en raison d'un "climat de violence politique qui n'est pas le fait de la gauche, qui n'est pas le fait des écologistes, mais d'abord de l'extrême droite".

Il voit dans la montée des idées de l'extrême droite "une force culturelle qui place la gauche dans une situation de reconquête".

Éric Coquerel souhaite une "union populaire originale"

Lors de la marche des libertés à Paris, le débuté LFI Éric Coquerel a dit souhaiter "une union populaire originale, inédite et qui aura du succès", plutôt qu'une "photo de famille des leaders de gauche".

"Il faut réunir le camp de la liberté et le camp du combat contre l'extrême droite", a-t-il ajouté.

L'enfarineur de Mélenchon dit ne pas l'avoir visé spécifiquement

Un homme de 25 à 30 ans, identifié comme celui qui a lancé de la farine sur le leader de la France Insoumise, affirme à BFMTV ne pas avoir visé spécifiquement Jean Luc Mélenchon.

En revanche, il revendique un geste militant, et aurait voulu "marquer le coup contre la classe politique" en général.

L'homme, qui se présente comme souverainiste, dit avoir été inspiré par la mésaventure de François de Rugy, également enfariné vendredi à Nantes. Mais il ne lie pas son geste à la gifle reçue par Emmanuel Macron dans la Drôme.

Il n'a pas été arrêté.

La marche des libertés de Paris est partie

Le cortège formé place de Clichy s'est élancé en direction de la place de la République.

Des rassemblements sont prévus dans 144 villes françaises.

Mélenchon "peut faire sans" la gauche unie

Avant le démarrage de la marche des libertés à Paris, Jean-Luc Mélenchon a répondu à des questions sur l'état de la gauche, qui défile ce samedi en ordre dispersé.

Pour le leader de la France insoumise, "la gauche unie, tant mieux si elle l’est, mais sinon on peut faire sans, c’est ce qu’on a appris à faire."

Jean-Luc Mélenchon enfariné

Présent place de Clichy à Paris à la marche des libertés, le leader de la France insoumise Jean-Luc Mélenchon vient de recevoir de la farine sur la tête.

"Le blanc, ça me va, dédramatise-t-il. Je n'ai pris que je la farine, je suis vivant, tout va bien".

Interrogé sur le climat tendu des derniers jours, il appelle à l'apaisement : "les paires de gifles, on se les donne dans les urnes"

800 personnes place de Clichy

800 personnes sont présentes place de Clichy à Paris, d'où un cortège de la marche des libertés s'apprête à partir, selon des sources policières à BFMTV.

Mélenchon, Bayou, Coquerel, et Hamon présents place de Clichy

Le leader de la France insoumise Jean-Luc Mélenchon, le secrétaire national d'Europe Ecologie les Verts Julien Bayou, le député LFI Éric Coquerel, et le président et fondateur de Génération.s Benoît Hamon sont présents place de Clichy à Paris, d'où un cortège s'apprête à s'élancer.

La marche des libertés s'apprête à démarrer

Bonjour à tous, bienvenue dans ce direct consacré à la marche des libertés "contre les idées d'extrême droite", organisée dans plusieurs villes françaises par une gauche divisée.

BFMTV