BFMTV
en direct

EN DIRECT - Débat des candidats des Hauts-de-France: Bertrand promet un nouveau plan de relance pour la rentrée

Ils ne sont plus que trois à pouvoir briguer la présidence du Conseil régional des Hauts-de-France lors de la prochaine mandature. Ce jeudi, dès 18h, Xavier Bertrand, pour la droite, Sébastien Chenu pour le Rassemblement national et Karima Delli, pour la gauche, débattront sur notre plateau.

Le débat est à présent terminé

Le débat est désormais terminé, merci de l'avoir suivi sur BFMTV.com, mais aussi sur els antennes de BFMTV, BFM Grand Lille, BFM Grand Littoral.

Xavier Bertrand veut "garantir l'avenir des enfants" des Hauts-de-France

Xavier Bertrand a été le dernier à prendre la parole, avant la fin du débat: "L’ADN de la région, c’est la solidarité, l’humain. Il faut s’occuper de chacun, où qu’il habite. Je veux garantir l’avenir de nos enfants, nos petits-enfants, garantir qu’on puisse rebondir en cas d’épreuve et faire barrage aux haines portées par les dirigeants du Front national".

Karima Delli demande aux électeurs de ne pas se laisser "voler l'élection"

Karima Delli a pointé deux "candidats de droite d’accord sur beaucoup de choses, le nucléaire, la démagogie sécuritaire". "Il est grand temps de passer à autre chose, à votre vie au quotidien, donc je serai une présidente à temps plein, la présidente qui ouvrira les portes et les fenêtres du Conseil régional", a-t-elle noté, concluant: "Ne vous faites pas voler votre élection".

Sébastien Chenu se veut le président du "rayonnement de la région"

Sébastien Chenu, dans sa péroraison, aa promis de "rester là, dans la région", en cas de victoire, relançant la controverse autour des ambitions de Xavier Bertrand. Il a enchaîné: "je serai le président de la région qui la protègera et la fera rayonner".

Les candidats détaillent leur première mesure en case de victoire

Invités à dévoiler leurs prmeières mesures en cas de victoire, ils se sont relayés. "J’installerai une convention citoyenne pour le climat, je mettrai tout de suite sur la table un chèque alimentaire et la gratuité des transports pour les jeunes", a dit Karima Delli.

"je mettrai 55 millions d’euros de taxe carburant dans la poche de ceux qui doivent prendre leur voiture pour leur travail ou chercher un emploi", a posé Sébastien Chenu.

"Dès juillet 2021, le financement de 90% du permis de conduire pour les jeunes", a rappelé Xavier Bertrand.

Bertrand ménage ses ambitions présidentielles et régionales

Tous les regards étaient donc braqués sur lui, le candidat déclaré à la présidentielle, en même temps qu'à sa réélection au Conseil régional ce dimanche. Xavier Bertrand a dû réagir, défendant une ligne de crête: "Si vous voulez qu’on fasse confiance aux territoires, ça se passera à la présidentielle."

il a admis qu'en cas de campagne présidentielle, "quelqu'un d'autre présider(ait) la région bien évidemment". " Mais un escalier se monte marche par marche", a-t-il tempéré. "J’ai une équipe, des gens solides autour de moi", a-t-il toutefois argué.

Pour Karima Delli, le destin de la région est d'être "la première en matière de transition écologique"

"C’est pas notre destin personnel qui compte, c’est celui de notre région et son destin est d’être la première région de la transition écologique", a plaidé Karima Delli.

"Moi je n'allais pas au Siècle avec Olivier Duhamel": Chenu voit rouge contre Bertrand

Sébastien Chenu a alors vu rouge, lançant à Xavizer Bertrand: "Vous voulez décerner des brevets de respectabilité? Vous devriez faire attention. "C’est pas moi qui chaque fois ait posé mon derrière au Siècle, le club fréquenté par Olivier Duhamel (politologue très en vue mis en cause dans une affaire de viol incestueux, NDLR), le club du système."

"Il faut mieux travailler avec des communistes que des identitaires": Bertrand passe à l'offensive contre Chenu

Après que Sébastien Chenu lui a reproché de travailler avec la gauche par "obsession de faire barrage au RN", Xavier Bertrand a posé: "Il faut mieux être avec des communistes qu’avec des identitaires." "Le FN est le thermomètre des peurs, des haines, des colères", a-t-il dénoncé.

Chenu affirme que Bertrand se sert de la région comme d'un "marchepied" pour la présidnetielle

Sébastien Chenu a été invité à s'exprimer sur l'avant-goût de présidentielle flottant sur le scrutind ans les Hauts-de-France.

"C’est pas nous qui avons choisi de dire qu’on quittera la région si on est élu. Moi si je suis élu, je resterai président de la région. Quand on est élu on ne part pas mener d’autres combats. Quand on est élu pour un job, on le fait mais certains s’en servent comme d’un marchepied", a-t-il lancé.

Sébastien Chenu achève de tracer sa vision de la politique écologique

"Notre idée, c’est le localisme, l’idée de produire ici", a repris Sébastien Chenu. "Il faut créer une vision associant les agriculteurs. On ne le fera pas les uns contre les autres. Il faut rééquilibrer les politiques écologiques de la région", a-t-il plaidé.

Delli accuse Bertrand: "Vous n'avez pas la main verte mais la main lourde sur l'écologie"

Karima Delli s'est défendue après cette séquence: "Je n’ai pas de leçon à recevoir de vous, messieurs. Les chasseurs ne sont pas toute la ruralité. Et dans les zones rurales, parfois les gens ont peur à cause des chasseurs, ce n’est pas normal".

Elle a ensuite dressé de Xavier Bertrand un portrait d'anti-écolo: "Vous n’avez pas la main verte, vous avez la main lourde, duresur les associations écologiques".

Bertrand "soutient" aussi "les chasseurs"

Je soutiens les chasseurs, tous les chasseurs. A Hénin-Beaumont, mairie du FN, ils aiment les anti-chasse. A un moment donné, il faut choisir", a affirmé Xavier Bertrand.

Il a ajouté: "Les chasseurs étaient des parias au Conseil régional, cette ère est derrière nous. Je serai le président des ruraux et des urbains."

Chenu reprend Delli au sujet des chasseurs: "On ne peut pas vouloir se payer le scalp de la ruralité"

"Nous soutenons le nucléaire depuis toujours donc nous soutenons ce projet de deux EPR", a rebondi Sébastien Chenu. Il a ensuite tancé Karima Delli qui reprochait à Xavier Bertrand d'avoir placé un chasseur à la tête d'une commission environnementale: "Je ne veux pas entendre qu’on veut se payer le scalp des chasseurs, on a besoin d’eux, de la ruralité".

"J’aimerais madame Delli que vous mettiez votre belle énergie quand les gens se font taper dessus, comme les bouchers qui se font casser leurs vitrines. Je pense qu’on ne peut pas parler des chasseurs comme vous le faites", a-t-il dit plus tard.

Xavier Bertrand évoque l'installation de deux centrales EPR

Xavier Bertrand a appelé à anticiper sur le nucléaire, car "l'énergie décarbonnée et notre souveraineté, c'est le nucléaire". "Je serai le président du Conseil régional de l’installation de deux EPR", a-t-il promis.

Delli défend l'éolien et propose un mix énergétique

Karima Delli est donc la seule sur le plateau à soutenir l'installation d'éoliennes. Elle a accusé ses adversaires du soir de "déni climatique". "Je propose un mix énergétique, donc avec l'éolien mais aussi solaire, biomasse", a-t-elle prolongé. "76% des Français sont favorables à l’éolien donc il faut faire avec les maires et la population", a-t-elle fait valoir.

Chenu veut un moratoire sur les éoliennes, "une escroquerie" selon lui

Sébastien Chenu est lui aussi remonté contre les éoliennes: "Je veux un référendum pour un moratoire sur l’éolien dans la région. On peut le faire, et je crois aux référendums locaux. Et on va financer des études épidémiologiques. On m’a montré l’état de troupeaux situés près des éoliennes". L'homme du RN a qualifié l'éolien d'"escroquerie" ne produisant pas d'emploi.

"Pour nous les éoliennes, c'est non", pose Xavier Bertrand

dans la foulée d'une tribune critique de Stéphane Bern sur léoliennes, texte souvent salué à droite, Xavier Bertrand a tempêté: "Les gens en ont marre d’être encerclés par les éoliennes, qu’on ne leur demande pas leur avis."

"Nous avons décidé de financer des associations anti-éoliennes pour bloquer les projets", a-t-il dit. Mais l'installation d'éoliennes n'est pas de la compétence de la région mais du préfet. "On doit récupérer cette compétence pour qu’on puisse dire oui ou non. On défigure nos paysages, donc notre point de vue est très clair : c’est non", a réagi le sortant", a martelé Xavier Bertrand.

L'environnement s'invite dans l'échange

Les particpants au débat vont désormais s'atteler au thème de la politique environnementale.

Xavier Bertrand annonce un nouveau plan de relance pour la rentrée

Xavier Bertrand a annoncé qu'un nouveau plan d erelance serait lancé dans la région à la rentrée, pour aider les acteurs économiques destabilisés par la crise. "Il y a déjà eu un premier plan de soutien et de relance". il l'a chiffré à 1,3 milliard d'euros, détaillant ses traductions concrètes: "12.000 entreprises aidées, 6000 aides au loyer".

"Les subventions doivent aller aux PME", milite Karima Delli

"On ne pas dire aux PME qu'elles devront contracter des prêts et s'endetter", a lancé Karima Delli qui a continué: "La logique doit changer à la tête de la région. Les subventions doivent aller aux PME. Il doit y avoir des critères sociaux et environnementaux".

Bertrand pointe le "sourire de Sébastien Chenu devant le malheur des gens"

La dispute s'est faite plus personnelle alors. "Vous voyez son sourire quand il parle du malheur des gens, sa délection ?" a demand" Xavier Bertrand.

Il a alors dénoncé le RN dans son ensemble: "Le FN (Xavier Bertrand parle systématiquement de FN plutôt que du RN, NDLR) n’est pas là pour apporter des solutions. Et s’il y a un domaine où ils sont particulièrement incompétents c’est bien l’économie, je peux vous le dire. Le FN a refusé de voter pour soutenir ou créer des emplois. Leur projet est un danger pour la région et ses emplois".

"Vous méprisez le rassemblement national, ses élus, ses électeurs", a plus tard rétorqué son advarsaire du RN.

Chenu tacle: "on n'attend pas d'un président qu'il négocie les plans de licenciement"

"On n’attend pas d’un président de région qu’il négocie des plans de licenciement", a blâmé sébastien Chenu.: "Quand une usine ferme, le malheur s’abat sur le secteur."

il a enchaîné: "On est fort sur l’agriculture et l’industrie. Et ces deux leviers, on ne les a pas activés !"

"Il faut faire coïncider les formations avec les filières d’avenir, comme le pneu vert par exemple", a-t-il appelé.

Bertrand vante les formations de la région à destination de 70.000 demandeurs d'emplois

Là encore, Xavier Bertrand s'est fait fort de défendre son bilan. "Chaque année la région permet à 70.000 demandeurs d’emplois d'avoir une formation pour retourner vers l’emploi", a-t-il notamment illustré. "Mon boulot ne sera pas terminé tant qu'il n'y aura pas un emploi pour chacun", a-t-il posé.

Karima Delli veut lancer des "grands plans" pour relancer la région

Karima Delli, elle, a articulé son programme économique autour de "grands plans" volontaristes.

"Je ferai un grand plan de transition écologique, avec 100.000 emplois verts dans des filières que l’on connaît, un grand plan de rénovation thermique, et ce sera 30.000 emplois directs. Il faut dépolluer et donc lancer ces métiers. Je rendrai gratuit l’ensemble des formations pour devenir infirmières", a-t-elle listé.

Elle a expliqué son plan d'action: "Il y aura des conditions sur les critères sociaux et environnementaux des entreprises que nous aiderons. Les, chèques en blanc c’est terminé. Il y aura la création d’un fond d’accompagnement des entreprises : la région prendra 25% des cotisations des PME".

Chenu veut "changer de philosophie" vis-à-vis des grands groupes

Sébastien Chenu a alrs appelé à "changer de philosophie" sur le terrain social. "Si on aide avec de l’argent public on doit être exigeants donc il faut des contrats avec les grands groupes. Ils devront maintenir de l’emploi ou en créer s’ils veulent de l’aide de la région".

"On va prendre en charge les trois mois de période d’essai des jeunes chômeurs qui veulent créer une PME ou une TPE", a-t-il encore proposé.

"L’emploi est l’échec majeur du président sortant", attaque Sébastien Chenu

Sébastien Chenu a affirmé que "l’emploi était l’échec majeur du président sortant". "On roulait les mécaniques. La région a perdu 20.000 emplois industriels, elle a vu baisser de 20% les investissements", a-t-il repris.

Le débat arrive sur le terrain social

Le débat ouvre un nouveau chapitre: la question sociale, l'emploi, le chômage.

Bertrand engage la région à prendre en charge à "90% le permis de conduire pour les jeunes en formation ou en recherche d'emploi"

"Nous allons financer le permis de conduire sera pris en charge à 90% pour tous les jeunes en formation ou en recherche d’emploi. Ce sera mis en concertation dès juillet si je suis réélu", a contre-attaqué Xavier Bertrand.

Chenu veut ""flécher 55 millions d'euros pour aider les automobilistes à financer leurs déplacements"

"75% des actifs prennent leur voiture dans notre région", a remarqué Sébastien Chenu. Il s'en est remis au "fléchage" d'une aide en direction des automobilistes. "Je veux flécher 55 millions d’euros pour aider les habitants à financer leurs déplacements". "Les aires de covoiturage sont nécessaires, nous n’en avons pas assez", a-t-il ajouté.

Quand Xavier Bertrand exclut "tout dialogue" avec les dirigeants du RN

Transports scolaires, aide aux automobilistes: Bertrand détaille son bilan transports

"Les transports scolaires sont gratuits dans la région. C’est une avancée du Conseil régional. Et ceux qui prennent leur voiture pour travailler dans la région sont aidés. C’est 240 euros par, même si je sais que c’est pas énorme", a avancé Xavier Bertrand.

Delli promet de rendre gratuits "tous les trains pour tous les jeunes de moins de 26 ans"

"Le train c’est bon pour l’emploi, c’est bon pour le climat", a affirmé Karima Delli. Elle a assorti ce jugement d'une promesse: "Je rendrai gratuits tous les trains pour tous les jeunes de moins de 26 ans." "Il faut de l’intermodalité, des vélos à la sortie des gares, des pistes cyclables. Il faut un grand plan vélo", a-t-elle ajouté.

Concurrence dans les transports: Chenu accuse les responsables de "renvoyer la patate chaude"

Sébastien Chenu a abordé la question sous l'angle de l'ouverture à la concurrence dans les transports, qu'il a dénoncée: "L’ouverture à la concurrence est souvent le fait de responsable voulant renvoyer la patae chaude à d’autres car ils n’ont pas réussi."

Il a par ailleurs réclamé davantage d emoyens pour els trains: "Ce qu’attendent les habitants ce sont des dessertes et horaires nombreux et respectés. Ils attendent de voyager en sécurité, et avoir des transports de qualité. Certains n’ont pas de wifi. Il en va de l’attractivité de la région".

Delli et Bertrand s'opposent autour des lignes ferroviaires

"Il y a 14 lignes ferroviaires insécurisées dans la région, ça ne veut dire que sans rénovation elles fermeront. En tant que présidente je lancerai un grand plan de rénovation des lignes, je n’en fermerai aucune, au contraire je les rénoverai pour les améliorer", a promis Karima Delli.

Celle-ci a reproché à Xavier Bertrand d'avoir failli à son engagement de ne fermer aucune ligne de transport. Il a assuré ne l'avoir jamais fait mais a ajouté que par définition la nécessité de faire des travaux l'imposait parfois.

Les candidats abordent la question des transports

Le thème du débat passe aux transports.

Karima Delli raille un "sketch entre deux coqs"

La tête de liste de gauche est intervenue avec une formule, se moquant d'un "sketch entre deux coqs". Commentant la promesse d'un "grand plan anti-drogues", elle a plaidé pour uner "politique globale de prévention".

Sébastien Chenu promet un "grand plan anti-drogues"

"Je ferai le grand plan anti-drogues que Xavier Bertrand n’a pas fait", a dit Sébastien Chenu. "L’enjeu est de faire baisser le niveau de violence et d’insécurité dans le pays", a-t-il relancé. Il a à nouveau reproché à Xavier Bertrand d'avoir utilisé une image sur les "mâchoires" du rassemblement national au soir du premier tour.

Karima Delli veut de "la présence humaine" dans les gares

Pointant une limite du débat sur la vidéoprotection, Karima Delli a déclaré: "Je n’ai pas envie que les scènes d’agression soient seulement filmées, il faut de la présence humaine, et de nombreuses gares n’ont plus de personnel !"

Xavier Bertrand a expliqué choisir de maintenir des "contrôleurs dans les trains".

Karima Delli vante sa méthode de "concertation"

"Quand on parle de menteurs, de mensonges, il faut arrêter les gens veulent des responsables politiques", s'est agacée Karima Delli.

"Ma méthode sera la concertation, je ne ferai pas de politique sans les gens, les élus. Je ferai des assises pour impliquer l’ensemble des élus", a-t-elle enchaîné.

Première passe d'armes entre Bertrand et Chenu

Après que sébastien Chenu a dénoncé un budget de 2% alloué à la sécurité, Xavier Bertrand a réagi: "Ce ne sont pas les bons chiffres: c'est 472 millions d’euros." "C’est toujours mensonge sur mensonge, à chaque débat", a-t-il lancé, "ce sont les méthodes du Front national, jee ne perdrai pas de temps à polémiquer". Il a ensuite raillé le passé de Sébastien Chenu à l'UMP: "Monsieur Chenu a critiqué l’époque de Nicolas Sarkozy à l’époque la délinquance baissait car il y avait une réponse pénale. Et à l’époque monsieur Chenu était à fond pour Nicolas Sarkozy."

Karima Delli veut mettre en place des maisons pour protéger les femmes victimes de violences

"Vous êtes bien bavards sur la sécurité messieurs. Mais j’aimerais qu’on soit mobilisés autour de la sécurité des femmes. Je serai la présidente qui mettra en place des maisons protégeant ces femmes et leurs enfants", a fait valoir Karima Delli.

"Rien n'est possible sans la sécurité", proclame Chenu

Sébastien Chenu a dénoncé un budget sécurité de 2% alloué à la sécurité à la région. Il a poursuivi: " e bilan est famélique, ridicule. Il faut être partenaire des collectivités." Il a illustré par l'une de ses propositions: "35 agents de sécurité recrutés dans les transports est-ce sérieux ? Nous en proposons 215. Cette volonté est une priorité, rien n’est possible sans sécurité."

Bertrand défend son bilan en matière de sécurité

Le débat s'amorce autour du thème de la sécurité. Xavieer Bertrand a affirmé: "Nous avons beaucoup agi notamment dans les transports, nous avons beaucoup recruté notamment dans la police ferroviaire. " "Nous allons financer des équipements de vidéo dans toutes les communes, mais aussi des équipements pour les polices municipales en ville, comme en ruralité", a-t-il promis.

"Il faut casser le sentiment de l’impunité avec la réponse pénale", a-t-il assuré, notant cependnat que ce sjet dépendrait de la présidentielle.

Xavier Bertrand se veut "le président de tous"

Xavier Bertrand s'est présenté comme le "président de tous" durant son mandat, au cours de son propos liminaire. "Je vais continuer à me battre, et je veux montrer qu’on est une région qui a de l’avenir".

Chenu appelle à voter "pour une belle alternance"

Sébastien Chenu a pris la parole pour le RN. s'adressant aux électeurs de Marine Le Pen il les a enjoint à le rallier pour le second tour et a lancé: "Certains veulent vous casser la mâchoire comme monsieur Bertrand, mais montrez que c’est vous qui avez votre destin en mains. Votez pour une belle alternance"

Karima Delli ouvre le débat et aborde l'abstention

Le tirage au sort a désigné Karima Delli pour s'exprimer la première. Elle a abordé la question de l'abstention au premier tour.

"La grande gagnante c’était l’abstention. Pendnat six ans, Beaucoup de blabla , pas de résultats . Dimanche prochain, ne laissez personne décider à votre place. Ne laissez pas la droite faire de cette élection sa primaire. Faisons de la région, la région de l’écologie et de la justice sociale", a-t-elle lancé.

C'est parti pour notre débat !

Le débat commence entre Xavier Bertrand, président sortant des Hauts-de-France, Karima Delli et Sébastien Chenu.

Découvrez le plateau de notre débat

Xavier Bertrand grand favori à l'issue du premier tour

Xavier Bertrand, ex-LR mais représentant toujours une droite unie, a cumulé 41,39% des suffrages exprimés lors du premier tour dimanche dernier. Sébastien Chenu, candidat du Rassemblement national, est resté scotché à 24,37%, et Karima Delli, à la tête de l'union de la gauche, a totalisé 18,99%.

Ils sont les trois seuls à prendre pied sur le plateau du second tour car derrière eux Laurent Pietraszewski qui portait les espoirs de la majorité n'a pu faire mieux que 9,14%. Il a depuis appelé à voter pour son ex-rival Xavier Bertrand. Le scrutin a connu une abstention de 67% dans la région.

Trois candidats pour un débat

Bonjour à tous, et bienvenue dans ce direct dédié au débat que nous organisons ce soir sur BFMTV, BFM Grand Lille, BFM Grand Littoral avec les trois candidats en lice au second tour des régionales dans les Hauts-de-France dimanche. Il s'agit de Xavier Bertrand pour la droite, de Sébastien Chenu pour le Rassemblement national et de Karima Delli pour la gauche. L'échange débutera à 18h et se poursuivra jusqu'à 20h. Aux commandes, nos journalistes Jean-Baptiste Boursier et Adrien Lanoy.

BFMTV