BFMTV

Emmanuel Macron: objectif Elysée 2017, juge la presse

Emmanuel Macron, le 8 février 2016.

Emmanuel Macron, le 8 février 2016. - Patrick Kovarik - AFP

Recyclant à toutes les sauces le fameux "En marche!" tiré du nom du mouvement politique du désormais ex-ministre de l'Economie, les éditorialistes voient la démission d'Emmanuel Macron comme un pas de plus vers la présidence de la République.

Pour les éditorialistes de la presse mercredi, Emmanuel Macron a présenté sa démission de son poste de ministre de l'Economie pour pouvoir se mettre "en marche" vers l'élection présidentielle de 2017.

"Il était aux marches du palais, il est maintenant en marche", assure, dans Libération.

"En avant, marche! Après avoir goûté pendant deux ans aux fastes de Bercy, Emmanuel Macron veut maintenant se délecter des lustres de l'Élysée", prévient le Midi Libre.

Son éditorialiste, comme ses confrères, fait référence en utilisant le mot marche au nom du mouvement politique "En Marche!", créé début avril par Emmanuel Macron.

"Et maintenant, cap sur l'Elysée", titre en pages intérieures, Le Parisien.

"C'est bel et bien un pas de plus vers une candidature qu'a esquissé hier l'ancien banquier d'affaires. Il est désormais en marche", reconnaît l'Alsace. "En marche vers l'Elysée", écrit la Charente Libre.
"Voilà, c'est fait, il est libre. Libre donc et 'en marche', évidemment", s'amuse La Nouvelle République du Centre-Ouest.

"L'entrée en campagne du jeune loup"

Pour le Républicain Lorrain, cette démission "confirme l'irruption de l'ex-ministre de l'Economie dans la présidentielle".

"Elle signe, c'est à peu près certain, l'entrée en campagne du jeune loup aux dents très, très longues", estime le Journal de la Haute-Marne. C'est "la volonté de se présenter à l'élection présidentielle", juge Sud-Ouest.

Et le Courrier Picard, d'enfoncer le clou: "Emmanuel Macron a présenté sa démission pour se consacrer à son mouvement "En Marche" et donc à sa candidature pour l'élection présidentielle de 2017".

"Tout laisse penser que cet objectif lui trotte dans la tête", note Les Echos. L'ancien ministre "n'est pas encore candidat, mais il se met en situation de l'être. Il ne se lance pas pour embellir le décor ou pour servir les autres. Il veut gagner", annonce de Ouest-France.

Emmanuel Macron est "en marche vers la présidentielle", mais "il a encore tout à prouver", tempère Le Figaro.

"L'ancien ministre a annoncé son intention de construire pour l'an prochain 'un projet qui servira uniquement l'intérêt général' et il a dit 'le seul moment où un tel projet peut être présenté, c'est une campagne présidentielle'. Si de pareils propos n'annoncent pas une candidature, c'est à ne plus rien comprendre à la politique", conclut l'Eclair des Pyrénées.

D. N. avec AFP