BFMTV

Macron sur Rugy: "je prends mes décisions sur des faits, sinon cela devient la République de la délation"

Emmanuel Macron a annoncé, ce lundi, avoir demandé au Premier ministre d'"apporter toute la clarté" sur l'affaire Rugy, alors que le ministre de l'Écologie est mis en cause depuis plusieurs jours, notamment pour des soupçons de dépenses fastueuses aux frais de l'Assemblée nationale.

Ce lundi lors d'une conférence de presse à Belgrade en Serbie, le chef de l'État s'est exprimé pour la première fois sur l'affaire Rugy. Emmanuel Macron a déclaré avoir demandé au chef du gouvernement Édouard Philippe "d'apporter toute la clarté" sur cette affaire.

Le ministre de la Transition écologique François de Rugy est dans la tourmente depuis la semaine dernière, pointé du doigt par Mediapart pour l'organisation de dîners fastueux aux frais de l'Assemblée, pour le prix de la rénovation de son logement de fonction du temps où il présidait l'hémicycle, mais aussi pour sa location d'un logement près de Nantes. "Très en colère", ce dernier a néanmoins soutenu qu'il n'avait aucune raison de démissionner.

"J'ai demandé au Premier ministre d'apporter toute la clarté", a indiqué le président de la République à Belgrade. "Moi je ne prends pas de décisions sur la base de révélations mais de faits, ayant encore dans notre pays le respect de la personne individuelle, des droits de la défense et de la possibilité de répondre." 

Macron a demandé à Philippe "de faire toute la clarté"

"Sinon ça devient la République de la délation, il suffit que je sorte une photographie sur vous, sur n'importe qui et ça devient Les dix petits nègres. Donc soyons clairs: je souhaite que chacun puisse être respecté. Et j'ai demandé au Premier ministre de procéder en ce sens. Des propositions vont m'être faites, instruites par les faits", a-t-il ajouté.

Photos de homards et de grands crus à l'appui, Mediapart a recensé entre octobre 2017 et juin 2018 une dizaine de dîners fastueux organisés à l'Hôtel de Lassay lorsque François de Rugy était président de l'Assemblée nationale. Un autre article de Mediapart concerne des travaux réalisés par le ministre dans son logement de fonction à l'Hôtel de Roquelaure pour un montant de 63.000 euros. 

Le ministre, qui s'est efforcé de justifier ces dépenses point par point, a dit voir dans les photos diffusées la volonté d'"une personne" de régler ses comptes avec sa femme, Séverine de Rugy. Il a par ailleurs qualifié de "mensonge" une autre information du Parisien selon laquelle son épouse, journaliste au magazine Gala, aurait acheté avec l'argent de l'Assemblée un sèche-cheveu doré à la feuille d'or, pour 499 euros. Il a dénoncé dans ces révélations "le fantasme des coupeurs de têtes", en visant Mediapart. Il a aussi protesté contre le fait que sa femme puisse être comparée à "Marie-Antoinette".

Jeanne Bulant