BFMTV

JO-2024: quand Macron "participe", il "préfère toujours gagner"

Le président de la République a participé samedi aux journées olympiques organisées à Paris afin de soutenir la candidature de la capitale française pour l'organisation des JO de 2024.

"Quand je participe, je préfère toujours gagner", a plaisanté samedi Emmanuel Macron, en réaffirmant son soutien à la candidature de Paris pour l'organisation des JO-2024, lors des journées olympiques dans la capitale française.

"Il y a ce formidable esprit universel dans l'olympisme (...) mais quand je participe, je préfère toujours gagner. C'est la petite entorse que je ferais à l'esprit de Coubertin, c'est qu'on y va pour gagner 2024", a déclaré le chef de l'Etat sur un plateau installé par France 2 dans la capitale.

Afin d'afficher son soutien, Emmanuel Macron a testé plusieurs installations dédiées à différentes disciplines sportives tout au long de la Seine. Accompagné de la maire socialiste de Paris Anne Hidalgo, le président s'est notamment essayé au tennis, qu'il pratique régulièrement, mais cette fois également en fauteuil roulant, ou encore à la boxe.

"Un projet porté par tout le pays"

"Je pense que Paris 2024 c'est un projet porté par tout le pays. Il est important d'envoyer le signal que le chef de l'Etat est aussi au rendez-vous parce que la population française est au rendez-vous", a souligné samedi le chef de l'Etat, en détaillant les "forces de la candidature française".

"C'est la France, et tout ce qu'elle charrie de fierté, de gloire dans le monde. Ce sont les athlètes (...) C'est la mobilisation des territoires (...) Et c'est l'ensemble des services de l'Etat", a-t-il énuméré, en vantant au passage "toute l'excellence à la Française en matière de sécurité".

Paris a accueilli les jeux Olympiques pour la dernière fois en 1924 et la flamme olympique a brûlé pour la dernière fois sur le sol français en 1992, lors des JO d'hiver à Albertville. Emmanuel Macron se rendra à Lausanne le 11 juillet pour la réunion de la centaine de membres du Comité international olympique. 

Me.R. avec AFP