BFMTV

Ces discours français qui ont marqué l’Assemblée des Nations unies

Jacques Chirac, alors Premier ministre, à la tribune de l'Assemblée générale de l'Onu, en 1986

Jacques Chirac, alors Premier ministre, à la tribune de l'Assemblée générale de l'Onu, en 1986 - -

François Hollande prononcera son premier discours devant l’Assemblée générale de l’ONU, à New York, ce mardi. A cette occasion, BFMTV revient en images sur les interventions françaises les plus marquantes à la tribune des Nations unies.

Bien avant François Hollande, qui prononcera son premier discours onusien mardi, présidents de la République et ministres français ont pris, au cours de leur mandat, la parole à la tribune des Nations unies, à New York. Qui sont ceux qui ont marqué cet hémicycle ? Rétrospective vidéo.

1978 : Giscard ou le premier discours devant l'Assemblée

En 1978, Valéry Giscard d’Estaing est le premier président français à se rendre à la session de l'Assemblée générale des Nations unies et à s'exprimer devant elle. "Aucun responsable ne peut jouer avec la sécurité de son peuple", rappelle-t-il, alors qu’il intervient dans le cadre de la conférence sur le désarmement. "La sécurité est un droit légitime pour chaque Etat. Le désarmement est l’affaire de tous".

Pour le politologue Philippe Moreau Defarges, chercheur à l'Institut français des relations internationales, il s’agit du seul grand discours prononcé par la France à l’ONU. "La France a très peur de perdre son siège de membre permanent au Conseil de sécurité", explique-t-il. "De ce fait, elle conserve des positions très conservatrices, sans prise de risque à l’oral. Giscard est le seul qui ait osé rompre avec cette tradition".


1986 : Chirac et la "lèpre du terrorisme"

Huit ans plus tard, Jacques Chirac, alors Premier ministre, dénonce dans son discours ce qu’il appelle la "lèpre du terrorisme", résultat, selon lui, de "la montée de l'intolérance et du fanatisme, la complicité d'Etats qui acceptent de fermer les yeux sur les activités d'organisations terroristes ou n'hésitent pas à les utiliser à leur profit quand ils ne les encouragent pas".


1995 : Chirac pour un élargissement du Conseil de sécurité

En 1995, élu président de la République, Jacques Chirac revient à la tribune et plaide pour un élargissement du Conseil de sécurité.


1990 : Mitterrand et la guerre du Golfe

De son côté, François Mitterrand aura prononcé trois discours depuis New York. Sa dernière allocution, en 1990, est consacrée à la guerre du Golfe. "Nous restons disponibles pour toutes les chances de la paix", déclare-t-il alors. "Et nous les recherchons car notre logique est celle de la paix contre la logique de la guerre qui semble prévaloir et qu'impose au monde la politique irakienne".


• 2003 : Villepin applaudi

En 2003, Dominique de Villepin, alors ministre des Affaires étrangères du gouvernement Raffarin, prononce un discours remarqué sur la guerre en Irak, devant le Conseil de sécurité. Une question qui divise considérablement l’organe exécutif. Son réquisitoire virulent contre toute intervention en Irak lui vaut d’être applaudi, pratique assez rare dans cette institution. "Dans ce temps des Nations unies, nous sommes les gardiens d’un idéal", lance-t-il, en conclusion.


• 2011 : Sarkozy et le conflit israélo-palestinien

Dernier Français à avoir représenté la France à la tribune officielle, Nicolas Sarkozy a prononcé deux discours dans l’enceinte des Nations unies. En 2007, fraichement élu, il évoque un "instant solennel et émouvant" face à l'Assemblée. En 2011, il choisit d’angler son intervention sur le conflit israélo-palestinien, proposant un plan d’accord de paix sur un an et défendant l’idée de l’attribution d’un statut d’observateur à la Palestine, au sein de l’ONU.