BFMTV

Zemmour a changé de salle pour son meeting pour ne pas mettre en "danger" le public, selon son entourage

Initialement prévu au Zénith de Paris, le premier meeting de campagne du candidat Eric Zemmour, se déroulera finalement à Villepinte dimanche. Son entourage justifie cette décision par la volonté de ne pas mettre en "danger" le public en raison des manifestations attendues.

Le changement de salle pour le premier meeting d'Eric Zemmour, qui se tiendra dimanche au Parc des expositions de Villepinte au lieu du Zénith, visait à ne pas mettre en "danger" le public en raison des manifestations attendues, a affirmé ce jeudi son entourage.

"Le parvis du Zénith n'était pas envisageable pour mettre un écran, ils ne l'ont pas souhaité" si bien qu'"on créait de la frustration et on créait aussi du danger pour le public qui ne pouvait pas rentrer (...) au regard des manifestations autour d'Eric Zemmour, qui sont violentes, par des antifas qui viennent faire le coup de poing", a affirmé sur BFMTV Olivier Ubéda, qui se présente comme le "directeur national des événements" du candidat à la présidentielle 2022.

Olivier Ubéda avait expliqué mercredi ce changement de lieu par l'affluence des inscrits, qui seraient à ce jour 19.000, alors que la salle louée au Zénith n'avait une capacité que de 5800 places.

"Risque de trouble à l'ordre public"

La CGT, Solidaires et des militants antifascistes avaient promis de manifester en direction du Zénith pour faire "taire Zemmour". Le Conseil municipal du 19e arrondissement de Paris, où se trouve le Zénith, s'était lui inquiété auprès du préfet d'un "risque de trouble à l'ordre public". Des associations d'extrême gauche (Action antifasciste Paris-Banlieue) avaient aussi appelé à bloquer dès midi l'accès au meeting du Zénith.

A Villepinte, le meeting va proposer un "protocole scénographique" qui sera utilisé pendant toute la campagne, et sera ponctué d'un discours d'une heure d'Eric Zemmour vers 16h", "précédé par cinq à six interventions", a précisé Olivier Ubéda.

L'équipe du candidat recommande le pass sanitaire et "le masque sera obligatoire car c'est un lieu fermé", a-t-il précisé. "On est dans un meeting de mobilisation", a-t-il ajouté, alors que le polémiste d'extrême droite stagne voire baisse dans les sondages.

N.J avec AFP