BFMTV

Proposition de débat pour Abad, "radio Kaboul" pour Larcher: la droite veut contrer Zemmour

Le parti Les Républicains (PHOTO D'ILLUSTRATION).

Le parti Les Républicains (PHOTO D'ILLUSTRATION). - PHILIPPE HUGUEN / AFP

Damien Abad propose un débat télévisé à Eric Zemmour tandis que Gérard Larcher dit avoir l'impression d'entendre "Radio Kaboul" quand il l'écoute. Une façon pour les LR de chercher la parade à sa probable candidature.

Pas question de se défiler face à l'inquiétude qui monte sur les bancs de la droite face à la possible candidature d'Eric Zemmour. Le patron des députés LR, Damien Abad, s'est fendu d'un courrier adressé au polémiste pour l'appeler à débattre à la télévision.

Une candidature comme un caillou dans la chaussure

"J'entends ici ou là qu'Eric Zemmour aurait des convictions en partage avec la droite républicaine. Je l'invite à s'y confronter en débattant ensemble", propose-t-il dans une lettre rendue publique.

Un appel alors que le climat politique se complique pour la droite. Alors que le Congrès des LR ne désignera officiellement son candidat que le 4 décembre prochain, un sondage Harris Interactive révélé mardi accorde 13 à 14% d'intentions de vote à l'essayiste.

"Si Eric Zemmour se rêve en tsunami populiste, Les Républicains seront une digue infranchissable. La France n'a rien à voir avec le pétainisme ou l'extrême droite", a également souligné dans un communiqué le député de l'Ain, pour qui "les Français ont droit à un débat éclairé pour comprendre ce qui différencie la droite républicaine d'Eric Zemmour".

"Pas de participation" de Zemmour au Congrès

Même son de cloche pour le président du Sénat, Gérard Larcher ce mercredi matin sur Europe 1.

"Sur son positionnement vis-à-vis des femmes en politique, j'ai l'impression d'entendre radio Kaboul", a jugé le patron de la chambre haute sur la radio.

La clarification était probablement nécessaire. Christian Jacob, le numéro 1 des LR, a beau avoir précisé ce mardi qu'Eric Zemmour "n'a rien à faire dans la sélection" du représentant du parti pour la présidentielle, les doutes se multiplient à droite.

Fin de non-recevoir

A commencer par ceux du député européen, François-Xavier Bellamy. L'élu a déclaré qu'il ne voyait pas "ce qui empêcherait" une participation du polémiste au Congrès, estimant que les LR ont "besoin du débat le plus ouvert et le plus large possible" sur Public Sénat ce mardi.

Pour sa part, malgré des sympathisants et des militants LR qui lui demandent de rejoindre le processus de désignation du parti, Eric Zemmour ne semble pas intéressé.

L'ancien chroniqueur télévisé semble toutefois accélérer le tempo de sa candidature, en venant de se doter d'un QG de campagne.

Marie-Pierre Bourgeois