BFMTV

Majorité présidentielle: l'offre sous conditions de Macron à Valls

Emmanuel Macron

Emmanuel Macron - BFMTV

Pour participer à la future majorité qu'entend incarner le leader de En Marche ! il faudra être candidat sous ses couleurs aux législatives, a expliqué le candidat qui envisage d'ores et déjà la transformation de son mouvement en parti politique.

Manuel Valls avait appelé à soutenir Emmanuel Macron avant même le premier tour de la présidentielle. Pourrait-il faire partie de la future majorité présidentielle construite par le candidat d'En Marche ! s'il bat Marine Le Pen au second tour? "La question lui sera d’abord posée de savoir s’il est prêt à participer cette majorité présidentielle et de quitter le Parti socialiste", a expliqué Emmanuel Macron sur BFMTV et RMC mardi. 

Soit un appel à sécession des partis traditionnels alors que Emmanuel Macron a besoin d'un large nombre d'élus pour mener sa politique sans devoir transiger avec les autres forces politiques présentes dans la future Assemblée nationale du mois de juin prochain.

La réponse de Valls

"À un moment donné, il sera indispensable de faire la mue d’un mouvement à un parti dont la fonction sera de faire élire des candidats" et "aux législatives, il y aura une majorité présidentielle qui présentera 577 candidats", soit un dans chaque circonscription pour tordre le coup à d'éventuels alliances avec le Modem, le PS ou certains élus Les Républicains. "Il y aura aux législatives au moins pour moitié des candidats qui ne viendront pas du champ politique", a-t-il aussi précisé.

"On n'efface pas une vie politique, un engagement en quelques heures, en quelques jours" mais "je fais partie de ceux qui considèrent que les socio-démocrates doivent faire partie" de la future majorité, a expliqué Manuel Valls sur Europe 1, rappelant sa fidélité au PS.

Quel Premier ministre? "Deux profils en tête"

Interrogé sur son futur Premier ministre, Emmanuel Macron a dit "avoir deux profils en tête, un homme et une femme", sans en dire davantage à l'inverse de Marine Le Pen qui a annoncé un ticket avec Nicolas Dupont-Aignan: 

"Jamais un candidat à la présidence de la République, en situation de l’emporter, ne répond à ce genre de débat. Les Français n’ont pas besoin d’une béquille. Ils choisissent un projet et un candidat."

S.A.