BFMTV

Jospin 2022? Trois amis partent sur la route de l'île de Ré pour le convaincre d'être candidat

Philippe Laumont, Jacques Torregano et Léonard Héliot (de gauche à droite).

Philippe Laumont, Jacques Torregano et Léonard Héliot (de gauche à droite). - Philmotion Productions

Près de vingt ans après la présidentielle de 2002, un groupe de trois amis va se lancer dans un périple de quelques jours à travers la France dans les pas de Lionel Jospin, dans l'espoir de le convaincre de se présenter au prochain scrutin. Avec l'ambition, au passage, de réaliser un documentaire.

Lionel Jospin est-il le candidat qui manque à la gauche pour s'unir en vue de la présidentielle de 2022? Ces trois acolytes en sont convaincus, et ils sont déterminés à le lui faire savoir. À partir de ce mercredi matin, trois amis - deux réalisateurs et un photographe - s'apprêtent à effectuer un road-trip de Paris jusqu'à l'île de Ré, dans l'espoir d'y rencontrer l'ancien Premier ministre socialiste qui y réside depuis les années 2000, comme l'a raconté Le Parisien. Et avec l'amibtion, au passage, de réaliser un documentaire sur ce voyage.

Au terme d'un périple de 4-5 jours en voiture dans plusieurs lieux symboliques pour Lionel Jospin, Philippe Laumont, Jacques Torregano et Léonard Héliot espèrent bien convaincre l'ancien Premier ministre, désormais âgé de 84 ans, d'être candidat au prochain scrutin.

Un retour "à la Joe Biden", pour "faire rêver" la gauche?

L'idée est venue "cet été en vacances avec des amis", raconte Philippe Laumont à BFMTV.com. "On parlait politique et de l'élection présidentielle à venir en se disant qu''à gauche, il n'y (avait) pas grand monde qui faisait rêver" et en regrettant que "le programme n'ait pas l'air bien défini"... "Aujourd'hui, les sondages sont très clairs: la gauche n'a pas de chances d'être au second tour", regrettent-ils en chœur.

Face à ce constat, "on était un peu désabusés", se souvient le réalisateur de profession. "Et à un moment j'ai lancé l'idée de Lionel Jospin, en disant que ce serait super qu'il revienne en France en vue d'unir la gauche." "Aujourd'hui, on ne parle que d'Eric Zemmour et de choses anxiogènes", regrette Philippe Laumont, qui dit "avoir envie de voir la campagne présidentielle d'un point de vue positif".

Pour les trois copains, Lionel Jospin est "le dernier homme politique de gauche à l'avoir unifiée" au passage des années 2000. "Aujourd'hui, on voit bien que la gauche est désunie dans tous les sens", soutient Philippe Laumont. "On s'est dit qu'il n'y avait que Jospin qui y était arrivé ces 20 dernières années, notamment entre 1996 et 2002 où la gauche était au pouvoir. Alors on s'est dit: 'voilà, il nous faut cette figure'".

Et selon eux, les 84 ans de l'ex-ténor du PS ne sont pas un frein. Il imaginent déjà un retour "à la Joe Biden, tel un vieux monsieur venant faire toutes les réformes nécessaires avant de partir à la retraite. (...) Quelqu'un qui n'ait plus de volonté politique et fait ça pour la société, pour le bien public". "Joe Biden a bien su se faire épauler de Kamala Harris, Lionel Jospin pourrait se faire épauler par Anne Hidalgo", lance même Philippe Laumet.

Lionel Jospin, alors candidat à l'élection présidentielle, salue ses sympathisants lors d'un meeting au Parc des expositions de Dijon (Côte-d'Or), le 28 mars 2002.
Lionel Jospin, alors candidat à l'élection présidentielle, salue ses sympathisants lors d'un meeting au Parc des expositions de Dijon (Côte-d'Or), le 28 mars 2002. © CYRIL VILLEMAIN / AFP

Un voyage ponctué d'étapes symboliques

Immédiatement, l'idée séduit le groupe, qui entame quelques recherches pour essayer de trouver où réside Lionel Jospin, à savoir Ars-en-Ré, une commune sur l'île de Ré. Les trois hommes décident immédiatement de se procurer une R19 cabriolet similaire à celle de Jospin dans les années 90, pour la modique somme de 800 euros. Les voilà prêts à partir.

Ce mercredi, le groupe affirme qu'il se rendra d'abord à la maternité de Meudon (Hauts-de-Seine), lieu de naissance de l'ancien chef du gouvernement. "Ça fait aussi écho au métier de sa mère qui était sage-femme", ajoute le réalisateur. Ils doivent ensuite descendre vers Tours, en référence au Congrès de 1920, évènement majeur de l'histoire et de la structuration de la gauche française.

Ils prévoient ensuite de se rendre à Saumur "où Lionel Jospin a fait son service militaire", à Poitiers "pour rencontrer un ancien syndicaliste de l'entreprise Michelin", afin d'évoquer la petite phrase qu'il avait lancé en 1999: "l'État ne peut pas tout", une phrase qui "lui avait coûté cher" à l'époque. Les trois amis prévoient ensuite de se rendre à Jarnac pour déposer une rose sur la tombe de François Mitterand, avant de remonter vers La Rochelle, haut-lieu du protestantisme".

"S'il n'ouvre pas, on ira manger le gâteau entre nous"

Enfin, le point d'orgue de ce road-trip est prévu dimanche prochain, à 14 heures chez Lionel Jospin à Ars-en-Ré en Charente-Maritime. Les trois amis envisagent d'"acheter le gâteau préféré de Lionel Jospin, de sonner à sa porte". "S'il ouvre, c'est super et on le remonte à Paris", dit-il tout sourire, "mais s'il n'ouvre pas, on ira le manger entre nous sur la plage".

"L'important, ce n'est presque pas le résultat ou Lionel Jospin mais c'est le voyage et les rencontres qui nous intéressent."

Mais, explique le réalisateur, "tous ces passages obligés seront entrecoupés de rencontres sur les marchés, dans les stations-services, les restaurants". L'idée de ce voyage n'est pas seulement de rencontrer Lionel Jospin: c'est aussi de "rencontrer et de filmer des gens sur la route, de récolter leurs doléances", et de les soumettre ensuite à Lionel Jospin dans le cas où ils parviendraient à le rencontrer.

Au terme de ce road-trip, Philippe Laumont, Jacques Torregano et Léonard Héliot comptent réaliser un documentaire pour "donner la parole à ceux qui ne n'ont pas toujours", et aussi "faire un état des lieux de la gauche en comparant celle d'hier et d'aujourd'hui".

Jeanne Bulant Journaliste BFMTV