BFMTV

Hidalgo prend ses distances avec Hollande et l'appelle à "assumer son bilan"

Anne Hidalgo le 17 novembre 2014 à la mairie de Paris.

Anne Hidalgo le 17 novembre 2014 à la mairie de Paris. - Stéphane de Sakutin - AFP

Pour Anne Hidalgo, pas de doute: François Hollande doit être candidat à l'élection présidentielle. Alors qu'une partie de la gauche réclame une primaire et que le chef de l'Etat n'apparaît pas toujours comme candidat naturel de son propre camp, la maire de Paris l'appelle à se présenter et à "assumer son bilan". 

Invitée d'Europe 1, cette déclaration est surtout une manière de prendre ses distances avec le président de la République. "Je pense qu'il devrait être candidat, c'est à lui d'assumer le bilan de son mandat", a-t-elle jugé. Interrogée sur son futur vote, elle n'a cependant pas assuré qu'elle voterait pour l'actuel chef de l'Etat, glissant simplement qu'elle votera "pour la gauche".

Avant cela, elle n'a pas caché sa déception sur certains aspects du quinquennat. "Il y a beaucoup de gens qui ont voté pour François Hollande et qui attendaient des lois de justice sociale", lâche la maire de Paris. Sur la loi Travail, elle estime qu'on "aurait pu s'en passer". "J'attendais de ce gouvernement une loi guidée par un souci de justice sociale", dit-elle, tout en excluant l'idée de voter une motion de censure. "C'est quelque chose de très grave".

Ce n'est pas la première fois qu'Anne Hidalgo se montre pessimiste en vue de l'élection présidentielle de 2017. A VSD, elle avait dit en avril que, "sauf miracle, il y aura une alternance". "L'échéance 2017 sera difficile pour ma famille politique parce qu'on ne peut pas dire qu'on a démontré une grande efficacité dans les réalisations et on a un peu tourné le dos aux engagements".

IV