BFMTV

Attentat déjoué: les candidats à la présidentielle fermes face à la menace terroriste

Nathalie Arthaud, Emmanuel Macron, François Fillon le 18 avril 2017.

Nathalie Arthaud, Emmanuel Macron, François Fillon le 18 avril 2017. - BFMTV

Deux hommes, soupçonnés de préparer un attentat "imminent" ont été arrêtés, ce mardi à Marseille. Les services de sécurité des candidats à la présidentielle avaient reçu les photos des suspects, ce jeudi.

L'arrestation, ce mardi, de deux hommes suspectés de préparer un attentat "imminent" qui visait la campagne présidentielle a fait réagir les candidats engagés dans l'élection. Tous les prétendants à l'Elysée affichent une grande fermenté face à la menace terroriste.

Macron félicite "les forces de l'ordre et de renseignement"

En déplacement dans les Yvelines, le candidat d'En Marche! Emmanuel Macron a tenu "à féliciter les forces de l’ordre et de renseignement". "Une fois encore cela montre l’implication et la qualité du travail de nos forces de l’ordre", a déclaré l'ancien ministre de l'Economie. "Cela nous rappelle que nous sommes toujours sous une menace terroriste très forte", a-t-il poursuivi.

Pour Fillon "tout le monde est menacé"

Le candidat de la droite François Fillon, qui tiendra un meeting ce mardi soir à Lille, a lui aussi félicité "les policiers et les forces de l'ordre, les services de renseignements qui ont permis l'arrestation de deux terroristes".

"Mais en ce qui me concerne, ça ne change strictement rien à l'organisation de ma campagne et surtout ça ne doit pas conduire à focaliser le débat de la campagne sur des questions de sécurité", a-t-il précisé. 

"Ce que je veux c'est continuer à dérouler mon programme, j'ai eu assez de mal à le faire depuis quelques semaines, pour ne pas aujourd'hui faire passer devant les priorités des Français que sont la lutte contre le chômage et l'insécurité", a-t-il assuré. Interrogé sur sa sécurité, il a répondu: "Je pense que tout le monde est menacé aujourd'hui, et si c'est le cas, cela ne me fera pas reculer".

Arthaud: "Je découvre ça dans la presse"

Nathalie Arthaud, la Candidate Lutte ouvrière à l’élection présidentielle a, par ailleurs, indiqué à BFMTV qu'elle n'avait pas été alertée". "Je découvre ça dans la presse et dans les médias tout juste maintenant ", a-t-elle indiqué à BFMTV. "La menace terroriste, c’est une réalité qui pèse sur la tête de tous et je ne me sens pas plus visée qu’un autre", a-t-elle ajouté.

Hamon "ne cherche pas à en faire un fait de campagne"

Benoit Hamon, le candidat socialiste qui s'est exprimé depuis Toulouse, a confirmé que les policiers qui l'entourent avaient reçu toutes les informations pour le protéger avant de "saluer l'efficacité des forces de police". "Je ne cherche pas à en faire un fait de campagne. Je n'ai pas envie d'instrumentaliser politiquement cet événement-là qui est suffisamment grave" a-t-il assuré. "On savait que la menace existait, on n'est pas plus fébrile au contraire, il y a un attentat qui est déjoué, il faut s'en réjouir", a ajouté le député des Yvelines.

Philippot: "Des degrés extrêmement effrayants"

La candidate à la présidentielle du FN, Marine Le Pen, va tenir un meeting, ce mercredi au Dôme de Marseille. Florian Philippot, le vice-président du Front national, a réagi ce mardi sur BFMTV à l'arrestation à Marseille des deux hommes soupçonnés de préparer un attentat.

"Je ne vois pas de menaces sur ce meeting. Je pense qu'il est sécurisé et heureusement que ces individus ont été appréhendés", a estimé l'élu frontiste. "On atteint des degrés extrêmement effrayants. Notre démocratie elle-même, les opérations de vote, les campagnes électorales sont menacées", a-t-il déploré.

E. M.