BFMTV

MUNICIPALES - Fessenheim, le nucléaire en ballotage

BFMTV

LA CAMPAGNE D'HUGO - A deux jours du premier tour des municipales, Hugo Perrier poursuit son tour de France, pour RMC, pour prendre la température dans différentes villes. Dernière escale aujourd'hui à Fessenheim.

Trois jours après que des militants de Greenpeace ont pénétré dans la centrale nucléaire de Fessenheim, j'ai décidé de m'arrêter dans cette petite commune du Haut-Rhin. Ici, le sort de la centrale occupe tout la campagne municipale. Car comme il l'avait promis lors de l'élection présidentielle, François Hollande a confirmé sa fermeture à l'horizon 2016. Le compte à rebours est donc lancé et le reste n'a que peu d'importance. Ici à Fessenheim, tout le monde dépend de la centrale.

Ici à Fessenheim, tout le monde dépend de la centrale.
Ici à Fessenheim, tout le monde dépend de la centrale. © Crédits photo : nom de l'auteur / SOURCE

Les habitants, dont un tiers y travaille. Les commerçants directement liés aux 2300 emplois fournis par la centrale. Enfin, la commune, qui perçoit près de 5 millions de taxes chaque année. Et plus largement, la région (Colmar, Mulhouse...).

# Les jumeaux

Les deux candidats à la mairie, Claude Brender (sans étiquette) et Michel Boeglin (sans étiquette) tiennent exactement le même discours. Ils sont contre la centrale et tous deux reconnaissent avoir le même programme. Tout juste admettent-ils une personnalité quelque peu différente.

# Le témoignage

Didier n'arrive pas à envisager la perspective de la fermeture de la centrale.
Didier n'arrive pas à envisager la perspective de la fermeture de la centrale. © Crédits photo : nom de l'auteur / SOURCE

Il y a deux ans, Didier et Valérie achetaient un bar-PMU-hôtel-restaurant dans le centre de Fessenheim. Une semaine plus tard, François Hollande annonçait qu'il entendait fermer la centrale à la fin de l'année 2016. Aujourd'hui, Didier n'arrive pas à envisager cette perspective. "Si la centrale doit fermer, nous ferons faillite. Aujourd'hui, nous ne parvenons à nous dégager qu'un salaire de 1000 euros par mois, à deux. Chaque je dois prendre des médicaments, mais si demain la centrale s'arrête, j'arrêterai moi aussi de prendre ces médicaments".

>> Découvrez les résultats des municipales à Fessenheim en cliquant ici.

>> Suivez Hugo pas à pas avec notre carte:

See full screen

>> Réécoutez la chronique d'Hugo sur RMC:

Hugo Perrier (RMC)