BFMTV
Législatives

"Une attitude indifférente": les élus ultramarins sévères après le départ de Yaël Braun-Pivet

Yaël Braun-Pivet à l'issue d'une réunion à l'Élysée, le 29 juin 2020

Yaël Braun-Pivet à l'issue d'une réunion à l'Élysée, le 29 juin 2020 - Ludovic MARIN © 2019 AFP

La démission de la ministre des Outre-mer, un mois à peine après sa nomination, au profit du perchoir suscite une forte colère chez les députés ultramarins. Leurs territoires traversent pourtant une crise politique sans précédent.

Une démission qui ne passe pas. Candidate à la présidence de l'Assemblée nationale, Yaël Braun-Pivet a quitté ses fonctions de ministre des Outre-Mer ce dimanche matin, condition sine qua non pour défendre sa candidature au perchoir. Sa décision passe très mal parmi les élus ultra-marins.

"Sans oser parler de mépris, je dirais simplement qu’au-delà de belles paroles entendues il y a peu, de la nouvelle considération gouvernementale affichée après le cri de colère exprimé dans les urnes par nos populations, ce gouvernement conserve bel et bien la même attitude brutale, distante voire indifférente à l’égard de nos territoires", regrette Elie Califer, député de Guadeloupe (élu sous étiquette Nupes) dans un communiqué de presse.

"Le plus beau portefeuille qui soit"

Même son de cloche du côté de Davy Rimane, député de Guyane (élu sous étiquette divers gauche) .

"Peut-être qu'elle ne voulait pas vraiment ce ministère-là, que c'est un petit cadeau qui lui a été fait pour la remercier de sa fidélité", a expliqué le parlementaire fraîchement élu auprès de la chaîne La Première.

Son départ passe d'autant plus mal qu'à sa prise de fonction, l'ancienne présidente de la Commission des Lois avait assuré que le ministère des Outre-Mer était "le plus beau portefeuille qui soit". Sa démission arrive également dans un contexte très particulier.

Macron et sa ministre sèchement battus

Arrivé en tête au premier tour de la présidentielle dans les départements d'outre-mer en 2017, Emmanuel Macron a été largement battu en 2022. Jean-Luc Mélenchon a récolté 52% des voix au premier tour de l'élection présidentielle en Guadeloupe par exemple, suivi loin derrière par Marine Le Pen (19%) et finalement Emmanuel Macron (14%).

Au second tour, Marine Le Pen a recueilli environ 60% des voix dans les différents territoires ultramarins Les élections législatives n'ont logiquement guère été plus favorables. La coalition présidentielle n'est parvenue à ne faire élire que 4 élus directement investis ou qu'elle soutenait sur 19.

Justine Bénin, secrétaire d'État à la Mer et seule élue d'Outre-Mer présente au gouvernement, a d'ailleurs perdu aux législatives et va devoir désormais quitter le gouvernement.

Forte défiance

Il faut dire que Covid-19 et son pass sanitaire puis vaccinal sont passés par là, dans un contexte de très forte défiance à l'égard de la vaccination dans ces départements.

A l'automne dernier, un vif mouvement de contestation est d'ailleurs né aux Antilles contre l'obligation vaccinale pour les soignants et les pompiers, avant de s'étendre ensuite à des revendications politiques et sociales, notamment contre la vie chère et des coupures d'eau quotidiennes.

C'est désormais Élisabeth Borne qui assume les fonctions de Yaël Braun-Pivet, en attendant une probable nouvelle nomination d'un secrétaire d'État ou d'un nouveau ministre lors du remaniement promis dans "les premiers jours du mois de juillet" par Emmanuel Macron.

Marie-Pierre Bourgeois