BFMTV
Législatives
en direct

Élisabeth Borne Première ministre, un bon choix? Ségolène Royal juge qu'"il faut lui laisser faire ses preuves"

Élisabeth Borne Première ministre, un bon choix? Ségolène Royal juge qu'"il faut lui laisser faire ses preuves"

Ségolène Royal, invitée de BFMTV mardi 17 mai 2022

Élisabeth Borne, ancienne ministre du Travail, est devenue Première ministre ce lundi, succédant à Jean Castex. À l'extrême droite comme à gauche, l'opposition critique le choix d'Emmanuel Macron

Ce direct est terminé

Ce direct consacré à l'actualité politique de ce mardi est terminé. Merci de nous avoir suivi sur BFMTV.com.

Yannick Jadot va poursuivre la politique, assure son entourage

L'ex-candidat à la présidentielle Yannick Jadot va poursuivre la politique et son "combat" pour l'écologie, a assuré mardi son entourage à l'AFP, trois jours après son apparition en soutien à une candidate écologiste à la députation, Eva Sas, sur un marché de la 8e circonscription de Paris où elle se présente pour le compte de la Nouvelle union populaire écologique et sociale (Nupes).

"Le combat de Yannick Jadot, c'est l'écologie et sa place dans la société, il n'a pas l'intention de changer de combat", a indiqué un proche, interrogé sur l'avenir de l'ancien candidat, sèchement défait le 10 avril (4,6%).

Bruno Le Maire se dit "très serein" avant l'annonce du nouveau gouvernement

Le ministre de l'Économie Bruno Le Maire s'est dit mardi "très serein" sur son avenir au lendemain de la nomination d'Élisabeth Borne comme Première ministre et avant l'annonce d'une nouvelle équipe gouvernementale, lors d'un déplacement à Tourcoing (Nord).

"Les pistes professionnelles seront décidées par la Première ministre, par le Président de la République dans les heures qui viennent. Je suis très serein sur tout ça", a affirmé le ministre à la presse en marge d'une visite d'entreprise à Tourcoing avec la candidate LaREM aux législatives dans la 9e circonscription du Nord, Violette Spillebout.

"Connaissant bien Élisabeth Borne, je suis heureux pour mon pays que le Président de la République l'ait choisi comme Première ministre (...) C'est une femme qui a apporté la preuve de sa capacité à porter des réformes difficiles, qui a apporté la preuve de son courage", a ajouté celui qui est ministre de l'Économie et des Finances depuis cinq ans.

LGBTphobies: Élisabeth Borne déclare qu'elle et son gouvernement seront "un allié" des personnes LGBT+

Sur Twitter, alors que ce mardi 17 mai marque la journée mondiale de lutte contre les LGBTphobies, Élisabeth Borne déclare qu'elle et son gouvernement seront "un allié" des personnes LGBT+.

"Je veux dire à toutes les personnes LGBT+ qu'elles trouveront en moi et mon gouvernement un allié pour défendre leurs droits et lutter contre toutes les discriminations", écrit la Première ministre.

Une liste de potentiels ministres s'échange entre des anciens ministres et des députés

Alors que la composition du gouvernement d'Élisabeth Borne est attendue, les rumeurs vont bon train. Une liste de potentiels ministres s'échange d'ailleurs entre des anciens ministres et des députés.

Élisabeth Borne, un bon choix? "C'est l'avenir qui le dira", juge Ségolène Royal

Élisabeth Borne, qui fut directrice de cabinet de Ségolène Royal pendant un an au ministère de l'Écologie, est-elle un bon choix pour Matignon?

"C'est l'avenir qui le dira", a répondu ce mardi Ségolène Royal sur BFMTV. "Il y a toujours un état de grâce quand on est nommé, je pense qu'il faut lui laisser faire ses preuves", a-t-elle ajouté.

Le patron des députés LR Damien Abad compte "clarifier sa situation d'ici vendredi" vis-à-vis de la majorité

Le président du groupe LR à l'Assemblée nationale Damien Abad, accusé par son parti de se rapprocher d'Emmanuel Macron, a indiqué mardi aux députés de son camp qu'il "clarifierait sa situation d'ici à vendredi", en vue des législatives, selon son entourage.

Âgé de 42 ans, le parlementaire de l'Ain fait l'objet de spéculations sur un possible ralliement à la macronie et une éventuelle entrée au gouvernement, notamment depuis sa rencontre dans l'entre-deux tours de la présidentielle avec Thierry Solère, ex-LR devenu conseiller du président Macron.

Plusieurs élus LR ont réclamé une "clarification" à Damien Abad, voire sa démission de la présidence du groupe. Le numéro 3 de LR Aurélien Pradié avait épinglé ce type d'"offres de service" et le désir d'"obtenir un gyrophare sur la voiture".

Élisabeth Borne est arrivée à Matignon après son déjeuner à l'Élysée

La nouvelle Première ministre Élisabeth Borne est arrivée à Matignon après son déjeuner à l'Élysée.

Mélenchon évoque Borne et dit qu'il aimerait "la rencontrer une fois avant de la remplacer"

Alors qu'il a appelé les Français à "l'élire" Premier ministre, Jean-Luc Mélenchon a évoqué Élisabeth Borne ce mardi, nommée Première ministre lundi par Emmanuel Macron.

"J'aimerais la rencontrer une fois avant de la remplacer. Comme ça si elle oublie quelque chose dans le bureau je lui promettrai de lui rendre", a-t-il lancé depuis Nantes.

Éric Zemmour a déposé sa candidature aux législatives à la préfecture du Var

Sur Twitter, Éric Zemmour annonce avoir déposé sa candidature aux législatives à la préfecture du Var.

"Je suis donc officiellement candidat ici et j'en suis heureux", ajoute le candidat d'extrême droite.

Sécheresse: "Notre victoire électorale signifiera une première immense nationalisation", déclare Jean-Luc Mélenchon

À Nantes, Jean-Luc Mélenchon a évoqué la question de l'eau et la sécheresse.

"Notre victoire électorale signifiera une première immense nationalisation", a déclaré le leader insoumis. Le temps long va réappartenir aux êtres humains. Aujourd'hui, le temps long a été colonisé par le temps court, celui des affaires, du profit, de l'immédiat", a-t-il ajouté.

"On a essayé de lancer le débat sur l'eau et la perturbation des cycles de l'eau (...) et on n'est pas arrivé à mettre le thème"", a-t-il poursuivi.

Avec Borne à Matignon, Macron a nommé une "catéchumène du néolibéralisme", tance Mélenchon

Emmanuel Macron "nous nomme (à Matignon, NDLR) une catéchumène du néolibéralisme qui a depuis vingt ans récité sa chanson sur tous les tons", a tancé mardi Jean-Luc Mélenchon à Nantes, fustigeant "une caricature ambulante de ce type de raisonnement".

"Le premier devoir, c'est la réparation sociale d'un pays socialement déchiré", avait jugé plus tôt le député insoumis des Bouches-du-Rhône. "L'urgence sociale n'est pas comprise par les dirigeants de ce pays", a-t-il ajouté.

Élisabeth Borne est arrivée à l'Élysée pour déjeuner avec Emmanuel Macron

La Première ministre Élisabeth Borne est arrivée à l'Élysée pour déjeuner avec Emmanuel Macron au lendemain de sa nomination à Matignon.

Emmanuel Macron et Elisabeth Borne déjeunent à l'Elysée

Quelques heures après son arrivée à Matignon, Elisabeth Borne déjeune avec Emmanuel Macron à l'Elysée.

L'occasion pour le président et la toute nouvelle Première ministre d'évoquer les dossiers chauds de ce début de quinquennat tout comme la constitution de son équipe ministérielle.

La nomination d'Aurélien Rousseau, son nouveau directeur de cabinet, a été annoncée ce matin.

"Elle saura mettre la pression dans le système": Castaner se réjouit de l'arrivée de Borne à la tête du gouvernement

Christophe Castaner a salué la nomination de l'ancienne ministre du Travail rue de Varenne lors de la réunion de groupe des députés ce matin.

"C'est une femme forgée dans le travail et dans l'exigence, portée dans l'exécution et dans le détail. Ça veut dire qu'on va bosser! Ce sera une Première ministre à nos côtés qui saura mettre de la pression dans le système", a assuré le chef de la majorité, d'après des informations de BFMTV.

"Le président a toujours choisi d'excellents Premiers ministres": Ferrand salue la nomination de Borne

Richard Ferrand s'est réjoui devant les députés de l'arrivée d'Elisabeth Borne à Matignon.

"Le président a toujours choisi d'excellents ministres", a lancé le patron de l'Assemblée nationale ce matin, après la prise de parole d'Elisabeth Borne en réunion de groupe.

"Il nous faut une majorité la plus large possible": Borne appelle à la mobilisation générale pour les législatives

Elisabeth Borne a cherché à motiver les troupes ce matin devant l'Assemblée nationale pour son premier échange avec les députés depuis son arrivée à Matignon.

"Le président a été élu sur un programme clair et ambitieux. Pour le porter, il nous faut une majorité la plus large possible", a lancé la cheffe du gouvernement depuis le Palais-Bourbon, d'après des informations de BFMTV.

"La tâche qui nous attend est immense": Elisabeth Borne s'adresse aux députés

Elisabeth Borne s'est rendue ce matin à l'Assemblée nationale pour échanger avec les députés lors de leur réunion de groupe.

"La tâche qui nous attend est immense. Vous pouvez compter sur moi pour qu'on continue cette méthode de travail étroit entre la majorité et le gouvernement", a expliqué la nouvelle Première ministre, d'après des informations de BFMTV.

"Borne est une femme de gauche": Bachelot salue sa nomination, loin de "la radicalisation de Mélenchon"

Roselyne Bachelot, la ministre de la Culture, se félicite de l'arrivée d'Elisabeth Borne à Matignon ce lundi soir.

"C'est une femme de gauche, de cette gauche sociale-démocrate et je crois que dans la radicalisation de la gauche qui est symbolisée par Jean-Luc Mélenchon, c'est cette gauche avec laquelle on peut construire des choses pour bâtir un projet social, européen et écologique", juge l'ancienne ministre de Jacques Chirac et de Nicolas Sarkozy ce matin sur BFMTV.

"Un choix trop techno": Bardella suppose que Borne est "la seule femme de gauche" à avoir accepté la retraite à 65 ans

Jordan Bardella est dubitatif devant le choix de la nomination d'Elisabeth Borne.

"Au moment où on veut réhabiliter la politique, où les Français ont besoin d'une vision pour la France, de bienveillance, de coeur, je trouve dommage qu'Emmanuel Macron s'enferme dans un choix techno. (...) C'est peut-être la seule femme de gauche qui a accepté de mettre en oeuvre la réforme de la retraite à 65 ans", analyse le président du RN ce matin sur CNEWS.

Aurélien Rousseau, déjà passé par Matignon sous Manuel Valls et Bernard Cazeneuve, est nommé directeur de cabinet d'Elisabeth Borne

Elisabeth Borne commence à constituer son équipe, quelques heures après son arrivée à Matignon.

Aurélien Rousseau vient d'être nommé directeur de cabinet. Cet ancien patron de l’agence régionale de santé d’Ile-de-France connaît très bien le poste pour avoir déjà été directeur adjoint de cabinet de Manuel Valls et de Bernard Cazeneuve, avant d'être nommé directeur général de l'Agence régionale de santé en 2018.

Elisabeth Borne l'a connu lors de son passage par la mairie de Paris sous Bertrand Delanoë. La nouvelle locataire de Matignon était alors directrice générale de l'urbanisme tandis qu'il était, lui, au cabinet du Maire.

Aurélien Rousseau est rompu à la gestion de crise après avoir notamment piloté le dossier du Covid-19 et les suites de l'incendie de Notre-Dame.

Dans un tweet, ce haut-fonctionnaire rend notamment hommage à Véronique Bédague, l'ancienne directrice de cabinet de Manuel Valls à Matignon, dont le nom avait circulé pour devenir cheffe du gouvernement.

Malgré les critiques, Alexis Kohler rempile au secrétariat général de l'Elysée

Emmanuel Macron a beau avoir promis "une méthode refondée" de gouvernement, Alexis Kohler est renouvelé dans ses fonctions de secrétaire général de l'Elysée.

On vous résume ici les critiques qui visent le plus proche collaborateur d'Emmanuel Macron qui fait partie de ceux qui ont glissé le nom d'Elisabeth Borne dès 2017 avant son entrée au gouvernement.

"Elle n'est pas là juste parce qu'elle est une femme": Legendre évoque "les grandes compétences" de Borne

La majorité présidentielle fait le service après-vente de l'arrivée d'Elisabeth Borne à Matignon.

"C'est plus qu'un symbole ! Elle n'est pas là parce qu'elle est juste une femme. Elle dispose d'expériences extrêmement variées et de grandes compétences", a assuré Gilles Legendre, député de Paris ce matin sur Sud Radio.

Une femme à Matignon, "c'est le seul motif de satisfaction" à la nomination d'Élisabeth Borne, réagit Julien Bayou

"Enfin!", s'est exclamé le secrétaire national d'EELV au micro de France Inter.

"Une femme à nouveau Première ministre, c'est un nouveau joli signal", a-t-il réagi, interrogé sur la nomination d'Élisabeth Borne à Matignon.

"Par contre c'est le seul motif de satisfaction", a-t-il taclé.

"Le bilan d'Elisabeth Borne en matière sociale, c'est le bilan d'une femme de droite", a-t-il ajouté. "On n'attend rien de cette Première ministre" a annoncé l'écologiste, en particulier sur la promesse d'une planification écologique. "Ne vous laissez pas berner par les mots", a-t-il expliqué.

Jean-Baptiste Djebbari qui rejoint Hopium dans le privé: "Il en vient, il y retourne", explique Christophe Castaner

Le ministre des Transports, Jean-Baptiste Djebbari a créé une polémique en rejoignant une entreprise qui fabrique des voitures à hydrogène. L'annonce d'Hopium qui va l'accueillir est tombée hier alors que le ministre est toujours en poste.

"Le communiqué de presse est tombé hier", mais l'entrée aura lieu "après bien évidemment, quand Jean-Baptiste Djebbari ne sera plus ministre", a expliqué Christophe Castaner pour faire taire les critiques.

Quand aux soupçons de conflits d'intérêts, "on a mis en place des contrôles avec des hautes autorités, et Jean-Baptiste Djebbari comme nous tous s'y soumettra", a prévenu l'ancien ministre de l'Intérieur.

"C'est bien que des politiques s'engagent dans l'entreprise. Il en vient, il y retourne", a-t-il ajouté.

Dans une note, la Haute Autorité pour la Transparence de la Vie Publique a déjà expliqué que le transfert n'était pas incompatible. Mais elle émet des réserves.

Le ministre devra s'abstenir de "toute démarche" pendant trois ans auprès "des membres du Gouvernement qui l’étaient en même temps que lui", "des membres de son cabinet et de ceux des ministres successivement chargés de la transition écologique, tant qu’ils occupent encore des fonctions publiques", "des services dont il dispose en tant que ministre délégué chargé des transports".

Législatives: Quatennens assure que la victoire de la NUPES est toujours possible

En ce qui concerne les prochaines élections législatives, Adrien Quatennens, député et coordinateur de la France insoumise, a appelé sur Franceinfo à faire triompher la NUPES (Nouvelle Union populaire écologique et sociale). Selon lui, les résultats des dernières présidentielles sont un motif d'espoir important.

"Je dis à celles et ceux qui nous écoutent, si vous avez voté pour la retraite 60 ans, l’augmentation du SMIC mais surtout si vous pensez qu’avec la présidentielle c’est terminé, ce n’est pas vrai. Si avec la NUPES nous avons une majorité, madame Borne va pouvoir ranger ses cartons", a-t-il lancé.

En cas de victoire, ce dernier a encore assuré qu'aucun ministre du nouveau gouvernement ne resterait au pouvoir. "Je ne crois pas. Il ne sera pas d’appliquer le même programme", ajoute-t-il.

Christophe Castaner défend une Élisabeth Borne, jamais élue et jugée "trop" techno

Une première ministre "trop techno" entend-on monter et qui à 60 ans n'a jamais été élue. Pour le chef des Marcheurs à l'Assemblée, ce n'est pas un problème. "Le président veut faire monter des femmes et des hommes qui ne sont pas des professionnels de la politique", a expliqué sur France Inter, Christophe Castaner rappelant qu'elle se présente dans la 6e circonscription du Calvados.

"Si vous voulez renouveler la classe politique, il faut faire appel à des femmes et des hommes qui n'ont pas 40 ans, 50 ans d'expérience politique", a-t-il ajouté.

Le "CV " d'Élisabeth Borne est une "arme" a également commenté l'ancien ministre de l'Intérieur. La nouvelle première ministre a une "polyvalence d'expérience", d'après lui. La méthode qu'elle mettra en avant, "c'est ce qui compte".

"Il y a urgence": pour Raffarin, il faut faire la réforme des retraites "dans la première moitié du quinquennat"

Alors qu'Elisabeth Borne devrait rapidemment s'atteler à la réforme des retraites, Jean-Pierre Raffarin la presse.

"Il y a urgence (...). Il faut la faire dans la première moitié du quinquennat", assure l'ancien Premier ministre ce matin sur BFMTV.

Pour Quatennens, Borne est "l'autre nom de la maltraitance sociale" et "l’élève zélée d’Emmanuel Macron"

Au lendemain de la nomination d'Élisabeth Borne au poste de Première ministre, la France insoumise contre-attaque. Invité ce mardi matin sur l'antenne de Franceinfo, Adrien Quatennens, député et coordinateur du parti, a vivement critiqué la nouvelle locataire de Matignon.

"C’est bien que ce soit une femme, mais il faut voir ce qu’elle incarne politiquement. C'est l'autre nom de la maltraitance sociale et de l'irresponsabilité écologique qu'incarne Emmanuel Macron", commence-t-il, avant de lister son bilan de ces dernières années.

"On lui doit l’ouverture à la concurrence de la SNCF, la fin des tarifs réglementés de gaz, la réforme de l‘assurance-chômage, la mise à pied de l’inspecteur du travail Anthony Smith qui avait protesté contre le fait que les travailleurs n’avaient pas de masques en période Covid, le fait qu’elle ait repoussé de 10 ans le plan de réduction du nucléaire", martèle-t-il.

Pour lui, la nouvelle Première ministre n'est pas de gauche. "Il ne suffit pas d’avoir un CV pour se caractériser politiquement, il y a le bilan et les intentions, c’est l’élève zélée d’Emmanuel Macron", attaque-t-il encore.

Jean-Luc Mélenchon doit "se réveiller" prévient Christophe Castaner

À Jean-Luc Mélenchon qui rayait le nouveau locataire de Matignon avant sa désignation et qui a ensuite proposé un débat à Élisabeth Borne, Christophe Castaner a répondu sur France Inter avec une forme de lassitude: "Il faut se réveiller" a-t-il déclaré.

"J'entends du côté de Jean-Luc Mélenchon, une espèce de négation. Il a perdu pour la 3e fois l'élection présidentielle et il continue à penser qu'il l'a gagnée. Et maintenant qu'il ne se présente pas aux législatives, il continue à penser qu'il va gagner les législatives et qu'il va devenir Premier ministre...À un moment, il faut se réveiller!", a développé le président du groupe LaRem à l'Assemblée.

Dans sa réaction à la nomination de l'ex-ministre du Travail, le leader de la gauche avait à nouveau martelé: "Il y a bien un troisième tour".

"Macron doit partager le leadership": Raffarin appelle le président à changer sa conception du pouvoir

Jean-Pierre Raffarin juge qu'Emmanuel Macron "a un grand leadership" et qu'il "doit le partager" ce matin sur BFMTV.

"Ne pas se laisser enfermer par la technocratie": Raffarin met en garde Borne

Jean-Pierre Raffarin met en garde la nouvelle Première ministre jugeant qu'"il ne faut pas qu'Elisabeth Borne se laisse enfermer par la technocratie" ce matin sur BFMTV.

"Une personnalité forte": Raffarin salue l'arrivée de Borne à Matignon

Jean-Pierre Raffarin se félicite de la nomination de la désormais ex ministre du Travail à Matignon.

"C'est quelqu'un de solide, qui ne se laisse pas balader, c'est une personnalité forte", explique Jean-Pierre Raffarin qui a appris à la connaître lorsqu'elle était préfète de Poitou-Charentes et lui, président de région ce matin sur BFMTV.

"Un stress assez fort": après la nomination de Borne, Raffarin raconte ses premiers jours à Matignon

Jean-Pierre Raffarin raconte au micro de BFMTV son expérience à Matignon sous Jacques Chirac, le lendemain de la nomination d'Elisabeth Borne.

"C'est un stress assez fort. On doit commencer par s'entourer. On arrive à 2 et en quelques jours on est 40. On a 48 heures pour présenter une liste de collaborateurs au président. Le début est très stressant", analyse l'ancien locataire de Matignon.

"Le pays est particulièrement en retard" sur l'égalité des sexes, reconnait Castaner après la nomination de Borne

"Le pays est particulièrement en retard. La question de l'égalité entre les sexes est un combat permanent. Il y a une forte symbolique dans cette nomination", a déclaré Christohe Castaner, invité de la matinale de France Inter, amené à réagir à la nomination de l'ex-ministre du Travail, Élisabeth Borne.

"C'est une femme de qualité qui s'est formée dans l'exigence du travail, dans la mise en œuvre de cette exigence (...) Elle est la réforme des reformes impossibles devenue possible", a-t-il ajouté.

"Une très bonne chose": Duflot salue la nomination de Borne tout en émettant des réserves

L'ancien patronne d'Europe-Ecologie Les Verts est revenue ce matin sur la nomination d'Elisabeth Borne à Matignon en fin de jounée ce lundi.

"C'est une très bonne chose car toutes les personnes de moins de 35 ans ne se souviennent pas d'une femme Première ministre", a salué l'ancienne ministre du Logement sous François Hollande sur France info.
Avant d'ajouter: " est-ce qu'elle aura une latitude d'action vis-à-vis du président qui n'a jamais fait la démonstration de vouloir mettre en acte ses engagements en matière d'écologie ? C'est ça qu'il faudra regarder".

Pour Éric Zemmour, "Première ministre, c'est moche à l'oreille"

Invité de la matinale de RTL, Éric Zemmour a réagi à la nomination d'Élisabeth Borne à Matignon.

"Je salue l'arrivée du nouveau Premier ministre", a-t-il déclaré sobrement.

Interrogé sur l'utilisation du masculin pour qualifier son intitulé de poste, le président de Reconquête a justifié son choix.

"Première ministre, c'est moche à l'oreille. Le français, ça doit avant tout être beau", a-t-il expliqué.

Candidate aux législatives, Élisabeth Borne affrontera Noé Gauchard, étudiant de 22 ans investi par la Nupes

Pour espérer rester à Matignon, Élisabeth Borne doit d'abord mener la campagne des législatives et faire en sorte qu'Ensemble, la confédération rassemblant Renaissance, Horizons, Agir et le MoDem, obtienne une majorité à l'Assemblée nationale.

La nouvelle Première ministre sera elle-même candidate dans le Calvados, et affrontera un jeune étudiant de 22 ans, Noé Gauchard, investi par la Nupes. Dans un communiqué publié ce lundi, ce dernier critique longuement le bilan d'Élisabeth Borne au ministère du Travail.

Dans cette circonscription, parmi les autres candidats en lice, figurent notamment Valérie Dupont (Reconquête!), Jean-Philippe Roy (RN), Pascale Georget (Lutte ouvrière) et Bruno Battail (Parti animaliste).

Valérie Pécresse salue "le parcours d’engagement nécessaire" d'Élisabeth Borne "pour devenir la 2e femme Premier Ministre"

"Toutes mes félicitations républicaines à Élisabeth Borne". Cette fois, ces mots sont ceux de Valérie Pécresse, sortie de sa réserve post-premier tour de la présientielle, qui salue sur Twitter "le parcours d’engagement nécessaire" de l'ex-ministre du Travail pour devenir la 2e femme Premier Ministre de notre pays". La candidate des Républicains lui souhaite "le meilleur pour la France".

Le patron de Transparency International appelle Élisabeth Borne à "oser être la garante de l’éthique du gouvernement"

Dans une tribune publiée dans le journal Le Monde ce mardi, le président de Transparency International France appelle la nouvelle cheffe du gouvernement à mettre en place des mesures de déontologie et de transparence essentielles pour garantir la probité de l’exécutif.

Patrick Lefas demande notamment à Élisabeth Borne le "rétablissement de la jurisprudence Balladur-Bérégovoy" et donc de ne pas nommer ou maintenir dans son nouveau gouvernement une personnalité mise en examen, comme cela a été le cas avec Éric Dupond-Moretti ou Alain Griset

Jean-Pierre Raffarin invité d'Apolline de Malherbe à 8h35 sur BFMTV-RMC

Ce mardi, c'est Jean-Pierre Raffarin, ancien premier ministre et soutien d'Emmanuel Macron, qui sera l'invité d'Apolline de Malherbe à 8h35 sur BFMTV-RMC. Ailleurs, la campagne des élections législatives occupera largement le terrain des matinales politiques. Le programme détaillé:

- 7h30 Public Sénat: Marie-Noëlle Lienemann, sénatrice de Paris rattachée au groupe CRCE (Communiste)

- 7h38 France 2: Manuel Bompard, candidat (LFI) de la NUPES dans la 4e circonscription des Bouches-du-Rhône

- 7h40 Radio J: Franck Louvrier, député LR de La Baule

- 7h40 RMC: Jean-Baptiste Djebbari, ministre délégué auprès de la ministre de la Transition écologique, chargé des Transports

- 7h40 RTL: Éric Zemmour, président de Reconquête et candidat aux législatives dans le Var

- 8h00 Public Sénat: Gilles Platret, vice-président des Républicains, maire de Chalon-sur-Saône

- 8h15 Europe 1: Henri Guaino, essayiste et ancien conseiller spécial du président Nicolas Sarkozy

- 8h15 Sud Radio: Gilles Le Gendre, député LREM de Paris et candidat aux législatives

- 8h15 CNews: Jordan Bardella, président du Rassemblement national

- 8h20 RFI: Manon Aubry, eurodéputée France insoumise

- 8h20 France Inter: Christophe Castaner, président du groupe LREM à l'Assemblée, puis Julien Bayou, secrétaire national EELV et candidat Nupes à Paris

- 8h30 France Info: Adrien Quatennens, coordinateur de La France insoumise et député du Nord

- 8h35 LCI: Alexis Corbière, député LFI de Seine-Saint-Denis

"Saccage social", "maltraitance sociale": Mélenchon et Le Pen étrillent Borne

Les deux anciens candidats à la présidentielle, désormais en campagne pour les élections législatives, ont critiqué la nomination d'Élisabeth Borne à Matignon, en fustigeant notamment son bilan au ministère du Travail.

"Avec la nomination de Madame Élisabeth Borne commence une nouvelle saison de maltraitance sociale", a dénoncé le leader insoumis, avec toujours en ligne de mire les élections législatives de juin prochain.

"Madame Borne est celle qui a ouvert à la concurrence la SNCF et le transport par rail, de même qu'elle a été celle qui a travaillé à la mise en concurrence de la RATP", a-t-il tancé. "Madame Borne s'est dite contre l'augmentation du Smic et pour la retraite à 65 ans."

>> Notre article complet

Édith Cresson dit avoir été "beaucoup touchée" par l'hommage que lui a rendu Élisabeth Borne

Sur BFMTV, Édith Cresson s'est dite "touchée" par l'hommage que lui a rendu Élisabeth Borne lors de la passation de pouvoir avec Jean Castex.

"Je voulais d'abord la remercier de m'avoir rendu cet hommage qui m'a beaucoup touchée et lui souhaiter bon courage, car il faut beaucoup de courage dans cette fonction. Et je sais qu'elle en a et qu'elle a non seulement une grande expérience mais aussi beaucoup de caractère, et je pense qu'elle va s'en sortir très bien", a déclaré sur notre antenne l'ancienne Première ministre de François Mitterrand, unique femme jusque-là à avoir été nommée à Matignon.

Bonjour à toutes et à tous!

Bienvenue dans ce direct consacré au suivi de l'actualité politique de ce mardi 17 mai 2022.

BFMTV