BFMTV

Européennes: la justice ordonne à France 2 d'inviter Hamon, Philippot et Asselineau à son débat

Benoît Hamon lors d'un rassemblement contre l'antisémitisme à Paris, le 19 février 2019

Benoît Hamon lors d'un rassemblement contre l'antisémitisme à Paris, le 19 février 2019 - THOMAS SAMSON / AFP

Les trois leaders contestaient en référé-liberté la décision de France 2 de ne pas les inviter à son premier débat sur les européennes, qui se tiendra jeudi 4 avril.

Le tribunal administratif de Paris a ordonné ce lundi à France 2 d'inviter Benoît Hamon (Générations), Florian Philippot (Les Patriotes) et François Asselineau (UPR) à son débat du jeudi 4 avril sur les européennes, ou à défaut de les inclure dans un "grand rendez-vous" similaire avant le 23 avril.

"Les décisions de ne pas inviter ces trois candidats au débat du 4 avril sont susceptibles de porter une atteinte grave et manifestement illégale à la liberté fondamentale que constitue le respect du principe du caractère pluraliste de l'expression des courants de pensée et d'opinion", ajoute le tribunal, dans un communiqué.

Respect du pluralisme

Les trois leaders contestaient en référé-liberté la décision de France 2 de ne pas les inviter au débat où étaient invités Manon Aubry (LFI), Jordan Bardella (RN), François-Xavier Bellamy (LR), Nicolas Dupont-Aignan (DLF), Raphaël Glucksmann (liste commune Place publique-PS), Yannick Jadot (EELV) et Nathalie Loiseau (LREM), ainsi que Ian Brossat (PCF) et Jean-Christophe Lagarde (UDI) - tous deux repêchés après avoir été écartés.

Il a considéré que Générations "est distinct du parti socialiste, regroupe un député, un sénateur, trois députés européens et est crédité de 2,5 à 4% des intentions de vote aux prochaines élections en cause. Aussi, la circonstance que le courant de pensée incarné par celui-ci lors des dernières élections présidentielles de 2017 soit représenté lors du débat du 4 avril est inopérante".

"Cela fera jurisprudence", se réjouit Benoît Hamon

Dans un courrier adressé aux militants de Générations qui l'ont interpellée, et publié par le parti sur Twitter mercredi, la chaîne avait répondu avoir tenu compte de la représentation des différents partis au Parlement européen et au Parlement français, des intentions de vote et de "l'exigence de pluralisme dans l'exposition des courants de pensée politique".

"Je suis heureux, et triste aussi d'avoir dû en passer par là pour dénoncer l'inégalité de traitement", a réagi Benoît Hamon. "Cela fera jurisprudence: le service public a des obligations liées à sa charte pour des critères justes et équitables qui s'appliquent à tous", a-t-il estimé.
Mélanie Rostagnat avec AFP