BFMTV

Départementales: dans l'Aisne, un binôme en tête au 1er tour éliminé après un oubli administratif

Des isoloirs (illustration)

Des isoloirs (illustration) - Joël Saget-AFP

Le mail de la préfecture invitant à prendre rendez-vous, adressé à l'un des co-listiers, est tombé parmi les courriers indésirables. Les candidats ont omis de se présenter à temps auprès des services de l'État.

C'est une bévue qui coûte cher. Aux élections départementales Dans l'Aisne, les jeux sont faits pour le second tour dans le canton de Ribemont, où les électeurs sont appelés à voter pour une liste unique au second tour, rapportent nos confrères de L'Aisne Nouvelle et de France 3 Picardie.

Un état de fait dû à une bourde au goût amer pour un des binômes divers gauche composé par Florence Trevisan et Vincent Cool et leurs deux suppléants, Marie-Line Besohnez et Frédéric Martin. Au premier tour, ils étaient arrivés en tête avec 37,25% des suffrages. À défaut de s'être inscrits à temps en préfecture, ils ne figureront pas au second tour des départementales.

Le 17 juin dernier, Vincent Cool avait été le destinataire par la préfecture d'un mail afin de prendre rendez-vous en vue du second tour. "Sauf qu'il est tombé dans les spams", explique le co-listier et maire de Ribemont à France 3 Picardie. Il précise que Florence Trevisan n'a pas été destinataire de cet envoi.

Les deux candidats sont donc passé à côté de ce message, et ont omis de se présenter en préfecture pour le dépôt des candidatures du second tour. La limite était fixée par décret à lundi, 18 heures.

Le calendrier déjà communiqué en avril dernier

Le 19 avril dernier, précise toutefois France 3 Picardie, tous les candidats avaient été informés du calendrier électoral et des dates des différentes échéances.

"On l'avait bien vu, c'était bien écrit le 21 juin. On s'est dit qu'ils allaient nous appeler pour pouvoir prendre rendez-vous. On ne se souvenait plus que c'était le 21 juin, on a été surpris. (...) J'étais sûr que c'était le mardi", a déclaré Vincent Cool à la chaîne publique, déclarant s'en vouloir de la situation.

Une des colistières veut déposer un recours

Auprès de L'Aisne Nouvelle, Florence Trevisan ne dissimule pas son amertume:

"Je ne comprends pas. Nous recevons des tas de courriers électroniques de la préfecture et, pour cette affaire importante, on a fait le minimum. Nous sommes quatre co-listiers, deux titulaires et deux suppléants. L’État a voulu que l’on soit une équipe de quatre, on devrait donc recevoir les mêmes informations en même temps", fustige la co-listière.

"Au lieu de ça, j’ai reçu un coup de fil des services de la préfecture, lundi 21 juin à 19 heures, pour m’entendre dire 'On ne comprend pas, vous n’êtes pas venus'. Mais, la clôture des inscriptions pour le second tour était à 18 heures. Il était trop tard. On aurait pu appeler un peu avant, s’ils avaient pris le soin de vérifier qu’il y avait un souci, pour nous permettre de nous retourner", poursuit-elle, faisant part de son intention de déposer un recours.

"Les textes sont très clairs et ces délais sont impératifs", a déclaré la préfecture de l'Aisne à France 3 Picardie.

Dimanche, ce sera donc le binôme composé de Stéphane Linier et Véronique Lebeau (divers), qui sera le seul en lice. Il était arrivé deuxième au premier tour, avec 33,46% des suffrages.

Clarisse Martin Journaliste BFMTV