BFMTV

Discours de politique générale: Wauquiez oppose Philippe et Macron

Laurent Wauquiez, président du Conseil régional d'Auvergne-Rhône-Alpes, était l'invité de Ruth Elkrief ce mardi soir après que l'Assemblée a voté la confiance au gouvernement d'Edouard Philippe.

Laurent Wauquiez, président du Conseil régional d'Auvergne-Rhône-Alpes, était l'invité de BFMTV ce mardi soir. Il intervenait au micro de Ruth Elkrief après que les députés ont, par 370 voix pour, 67 contre et 129 abstentions, accordé leur confiance au gouvernement d'Edouard Philippe venu dans l'après-midi à l'Assemblée nationale y tenir son discours de politique générale. Laurent Wauquiez, se penchant sur le contenu, a salué de manière ironique les déclarations du Premier ministre, qui émargeait au sein du même parti que lui il y a encore quelques semaines: "Visiblement, il a beaucoup changé, parce qu’il a annoncé beaucoup de mesures qui ne correspondaient pas exactement à ses convictions il y a de ça quelques mois." Mais, a-t-il ajouté, il s'agit pour lui de "juger le Premier ministre à l’aune de ce qu’il va proposer pour la France". 

"Aujourd'hui, on est au coeur du sujet"

Comparant le discours de Versailles du président de la République la veille et celui du chef du gouvernement ce mardi, il a même eu quelques mots agréables pour Edouard Philippe: "Hier, on a eu un président de la République, coupé des réalités, et assez vaseux. Aujourd’hui, le Premier ministre a fait le job du Premier ministre. Il y a des points sur lesquels je ne suis pas d’accord et loin s’en faut mais si le président était hier très décalé, aujourd’hui on est au cœur du sujet." Alors que les trois-quarts des députés "Les Républicains" ont opté pour l'abstention, Laurent Wauquiez a caractérisé "l'opposition ouverte" sur laquelle il souhaite voir sa famille politique s'aligner: "'Ouverte', ça veut dire qu’on est capable de voter des lois qui respectent nos valeurs, mais 'opposition' car on ne fait pas un chèque en blanc. Cette ligne-là a pu se traduire par des votes contre et parfois par des abstentions. C’est à l’image des Français qui ne sont ni 'chèque en blanc' ni opposition de principe."

Concernant les points de convergence qu'il entretient avec l'exécutif actuel, il a cité l'accroissement des moyens mis à la disposition de la justice, mais au sujet des points de divergence, il est entré sur le terrain de la fiscalité: "Pour résumer, les hausses d’impôts c’est tout de suite, les baisses de charges c’est plus tard, et il y a un grand flou sur les économies réalisées". 

Wauquiez annonce aux électeurs du FN "le retour d’une droite claire"

Alors qu'il existe un débat idéologique en ce moment au sein de son parti, Laurent Wauquiez a défendu sa vision: "Je suis très lucide sur l’état de la droite en France, très lucide aussi sur la stratégie d’Emmanuel Macron qui consiste à supprimer tout ce qu’il y a entre lui et les extrêmes. C’est une voie très dangereuse. Je me battrai pour une droite rassemblée et claire. Je ne ferai jamais d’alliance avec les élus du Front national, jamais, mais je revendique de pouvoir parler aux électeurs du FN et je leur dis qu’il va y avoir le retour d’une droite claire."

Robin Verner