BFMTV

Déconfinement: Macron ne souhaite pas de "discrimination" envers les seniors mais des "recommandations"

L'Elysée indique à BFMTV que le chef de l'Etat ne souhaite pas de "discrimination" à l'égard des seniors au moment du déconfinement, qui doit débuter le 11 mai prochain. Plutôt qu'un prolongement du confinement obligatoire pour cette population, des "recommandations" pourraient être formulées.

Ce vendredi, l'Elysée indique à BFMTV qu'Emmanuel Macron ne souhaite pas "de discrimination à l’égard de nos aînés mais plutôt des recommandations" au moment du déconfinement de la population, qui doit débuter le 11 mai, étape marquant une nouvelle phase dans la lutte contre la propagation du coronavirus.

Précision

Lundi, le président de la République a en effet annoncé lors de son allocution un déconfinement progressif à partir du 11 mai. Cependant, il avait ouvert une autre perspective pour les personnes affrontant les plus grands risques face au coronavirus, à commencer par les seniors:

"Pour leur protection, nous demanderons aux personnes les plus vulnérables, aux personnes âgées, en situation de handicap sévère, aux personnes atteintes de maladies chroniques, de rester, même après le 11 mai, confinées, tout au moins dans un premier temps."

La déclaration du chef de l'Etat ce vendredi marque donc une inflexion dans ce volet de la sortie de la population du confinement. Selon l'AFP, l'Elysée a voulu faire cette mise au point en voyant "monter le débat sur la situation de nos aînés, après les déclarations du professeur Jean-François Delfraissy". Celui-ci avait dit mercredi au Sénat que "pour les personnes d'un certain âge, de 65 ou 70 ans, (...) on continuera le confinement".

Camille Langlade avec R.V.