BFMTV

Débat présidentiel du 20 mars: le Conseil d'Etat donne raison à TF1 contre Dupont-Aignan

Nicolas Dupont-Aignan (Debout la France) et Marine Le Pen (Front national) avant leur déclaration conjointe, le 29 avril 2017, au QG du FN à Paris.

Nicolas Dupont-Aignan (Debout la France) et Marine Le Pen (Front national) avant leur déclaration conjointe, le 29 avril 2017, au QG du FN à Paris. - François Nascimbeni - AFP

Le Conseil d'Etat a rejeté jeudi le recours de Nicolas Dupont-Aignan (Debout la France), qui contestait son absence lors du débat prévu lundi sur TF1 entre cinq des candidats à l'Elysée, considérant que "principe d'équité" n'était pas enfreint.

Il ne s'agit pas, selon le Conseil, d'une "atteinte grave et manifestement illégale au pluralisme de l'expression des courants de pensée et d'opinion". "Compte tenu tant de la représentativité de M. Dupont-Aignan que de sa contribution au débat électoral, le temps de parole et d'antenne dont il a bénéficié depuis le début du mois de février 2017 ne traduit pas un déséquilibre incompatible avec le respect du principe d'équité", explique la décision.

Dans un communiqué, Nicolas Dupont-Aignan a dit "prendre acte", mais "persiste à penser qu'à 34 jours de l'élection présidentielle, organiser un débat d'une telle nature, sans l'intégralité des candidats ayant recueilli les parrainages nécessaires, est profondément anti-démocratique". 

Trois des "petits" candidats, Nathalie Arthaud, Philippe Poutou et Jacques Cheminade, débattront quant à eux sur Explicite, peu avant l'émission de TF1.

L.N.