BFMTV

Dans l'Aude, un député porte plainte contre la diffusion de sa sextape

Jean-Paul Dupré.

Jean-Paul Dupré. - Photo L'indépendant

C'est un militant de l'ultra droite, Boris Le Lay, déjà condamné à le prison ferme pour "provocation à la haine raciale", qui aurait agi par esprit de vengeance.

Ce serait une "contre-attaque": selon le journal local L'Indépendant, Boris Le Lay, militant de l'ultra droite, a diffusé jeudi des vidéos "intimes" du député-maire de Limoux (Aude) Jean-Paul Dupré, en "représailles" d'un prétendu complot des juges et du Parti socialiste breton dirigé contre lui.

Le militant, qui se définit lui-même comme "hypernationaliste" et "fasciste", a déjà été condamné à de la prison ferme pour "provocation à la haine raciale" et a fui au Japon pour échapper à la Justice.

Il prétend que le député socialiste aurait eu une liaison avec une femme mariée, qu'il aurait payée pour qu'elle ne diffuse pas leurs supposées sextapes, filmées à l'aide d'un téléphone portable. Boris Le Lay joint à ses accusations des documents -une bande son d'une conversation téléphonique, des supposées retranscriptions de SMS, des extraits de relevés bancaires- dont l'authenticité est invérifiable.

Vendredi matin, Jean-Paul Dupré, candidat à sa réélection dans la troisième circonscription de l'Aude pour un cinquième mandat, a porté plainte pour "atteinte à la vie privée par fixation, enregistrement ou transmission de l’image d’une personne" auprès de la gendarmerie de Limoux, contre "toute personne participant à la diffusion". Il y a quelques mois, le député avait déjà poursuivi un couple de Limouxins devant le tribunal correctionnel pour "chantage" et "extorsion de fonds".

L.N.