BFMTV

Dailymotion: Montebourg a "le soutien de tout le monde"

Arnaud Montebourg, le ministre du Redressement productif

Arnaud Montebourg, le ministre du Redressement productif - -

Arnaud Montebourg a décidé de bloquer jeudi la vente entre la plate-forme française de vidéos et le géant américain Yahoo!. Une décision plutôt soutenue par la classe politique, vendredi matin.

L'intervention du gouvernement français, et en particulier du ministre du Redressement productif Arnaud Montebourg, qui a stoppé la vente de Dailymotion au géant américain Yahoo!, ne cesse de faire réagir. Une décision plutôt soutenue par la classe politique, vendredi matin.

"Il s'agit de notre indépendance, de notre capacité à être souverain. Brader Dailymotion à Yahoo! c'est le fruit d'un esprit qui ne sais plus très bien où sont ses responsabilités", a estimé Jean-Luc Mélenchon sur BFMTV, saluant l'initiative.

"Évidemment que je le [Montebourg, NDLR] soutiens!", a-t-il poursuivi, "comme je l'avais soutenu au moment de Florange". Mieux, si Arnaud Montebourg venait à être sanctionné, il l'accueillerait volontiers au Front de Gauche.

A gauche toujours, le député PS de Seine-Saint-Denis Razzy Hammadi a lui aussi salué la décision d'Arnaud Montebourg. On ne peut pas "se priver comme ça d'une infrastructure majeure" face "à une industrie qui connaît une croissance à deux chiffres", a-t-il justifié.

Arnaud Montebourg lui se félicite d'avoir reçu "le soutien de tout le monde" sur ce dossier avant de couper court, estimant que "tout a été dit sur le sujet".

Dailymotion, qui emploie environ 150 personnes dont 120 en France, est un petit concurrent de YouTube, qui appartient au géant américain Google.

Guaino soutient la "démarche"

De son côté le député UMP Henri Guaino approuve la "démarche" du ministre. Interrogé par RTL sur ce dossier, l'ancien conseiller spécial de Nicolas Sarkozy à l'Elysée a jugé "légitime que l'Etat se pose ce genre de questions".

Quant à cette entreprise, qui est une réussite, "si on la laisse partir, on sait bien que c'est du savoir-faire français qui va disparaître parce que les Américains vont la dissoudre", a insisté le député d'opposition.

Nicolas Dupont-Aignan, député de l'Essonne et président de Debout la République, a également témoigné son soutien à Arnaud Montebourg dans l'affaire.

Montebourg a eu raison de bloquer la vente de Daily Motion. Comme toujours les apatrides braillent !
— Dupont-Aignan (@dupontaignan) 3 mai 2013

Copé dénonce le "coup de com'" de Montebourg

"On fait rire les autres pays", a réagi Jean-François Copé, le président de l'UMP, vendredi sur Europe 1. Pour lui, le message envoyé par le blocage de ce rachat, c'est: "il ne faut plus investir en France".

"Personne ne reprochera à un gouvernement de vouloir évidemment servir en premier les intérêts de son économie. Ce qui est problématique aujourd'hui, c'est qu'il n'y a pas de réflexion industrielle, il y a un coup de communication de Montebourg", ministre du Redressement productif, a-t-il accusé.

Le Pen: "naturellement il fallait bloquer le rachat"

Sur la même ligne, la présidente du FN, Marine Le Pen, a approuvé le blocage tout en dénonçant la "cacophonie gouvernementale", preuve selon elle de "l'absence tragique d'Etat stratège".

"Naturellement il fallait bloquer le rachat de Dailymotion par Yahoo, parce que la France ne peut pas se permettre de laisser filer les rares fleurons qu'elle détient dans un domaine aussi stratégique et novateur", écrit la députée européenne dans un communiqué.

Mais "la cacophonie gouvernementale et l'incapacité pour l'Etat et France Télécom, entreprise dont il possède pourtant 27%, à dire la même chose témoignent de l'absence tragique d'Etat stratège", selon elle.

Samuel Auffray