BFMTV

Convention citoyenne : Piolle et Orphelin dénoncent "le détricotage" opéré par le gouvernement

Des membres de la Convention citoyenne pour le climat après une réunion avec Emmanuel Macron, à l'Elysée, le 29 juin 2020 (Photo d'illustration)

Des membres de la Convention citoyenne pour le climat après une réunion avec Emmanuel Macron, à l'Elysée, le 29 juin 2020 (Photo d'illustration) - Ludovic MARIN © 2019 AFP

Démocratisation de la 5G, composante poids sur le bonus-malus auto... Le maire EELV et le député EDS accusent le gouvernement français d'aller à l'encontre de la convention citoyenne pour le climat.

Le maire EELV de Grenoble Eric Piolle et le député EDS Matthieu Orphelin dénoncent ce mercredi "le détricotage" par le gouvernement des mesures mises sur la table par la convention citoyenne pour le climat et l'absence de propositions alternatives. Cette tribune publiée parLe Monde paraît alors que Jean Castex et Barbara Pompili devaient rencontrer à Matignon une vingtaine de représentants de la convention citoyenne pour un point d'étape.

Trois mois après le discours d'Emmanuel Macron devant les 150 citoyens tirés au sort pour participer à cette convention, discours au cours duquel il avait retenu 146 des 149 propositions, "c'est la désillusion" pour les deux élus.

"Le gouvernement se lance, en cette rentrée, dans l'effilochage des propositions: après les discours enthousiastes vient le temps du détricotage", écrivent Eric Piolle et Matthieu Orphelin.

"Les mesures fortes de la convention sont abandonnées"

"Semaine après semaine, une par une, les mesures fortes de la convention sont abandonnées. C'est un reniement, tant sur le fond que sur la méthode", déplorent-ils, en énumérant les sujets de recul selon eux: moratoire sur la 5G, trajectoire progressive sur la fiscalité du kérosène, composante poids sur le bonus-malus auto, régulation de la publicité.

"En matière de démocratie participative, il n'y a rien de pire que de consulter les citoyens sans ensuite tenir compte de leur avis. Au lieu de renforcer la confiance dans les élus, cela ne fait qu'accroître leur défiance", alertent les deux élus, en appelant le gouvernement à "se reprendre, s'il le peut".

"Qui veut tuer la convention?"

"À moins que, finalement, depuis le début, l'objet de la convention pour le climat n'ait été que de démontrer aux citoyennes et citoyens que les sujets étaient complexes et qu'il n'y avait pas de possibilité d'agir et de changer les choses ? Ce serait désolant, vu les enjeux, mais pas si étonnant...", ajoutent le maire Europe Ecologie-Les Verts et le député Ecologie Démocratie Solidarité.

"Alors, qui veut tuer la convention citoyenne pour le climat", interrogent-ils, en notant que "pas une seule fois, l'exécutif ne propose, à la place de celles de la convention, des mesures alternatives pour atteindre l'objectif qui leur était fixé: définir un projet global permettant de diminuer de 40% les émissions de gaz à effet de serre d'ici à 2030."

S.B.-E. avec AFP