BFMTV

Chrétiens d'Irak: des élus de tous bords se mobilisent

Manifestation de soutien aux chrétiens d'Irak devant la cathédrale Notre-Dame de Paris, dimanche 27 juillet 2014.

Manifestation de soutien aux chrétiens d'Irak devant la cathédrale Notre-Dame de Paris, dimanche 27 juillet 2014. - -

Plusieurs voix se font entendre à droite, et quelques unes à gauche, pour dénoncer les persécutions dont sont victimes les chrétiens d'Irak depuis la prise de Mossoul par les jihadistes de l'Etat islamique.

Après un week-end où des manifestations de soutien aux chrétiens d'Orient se sont déroulées en France, plusieurs personnalités politiques se sont émues lundi du sort réservé à cette minorité persécutée en Irak. A commencer par Alain Juppé, qui s'est indigné sur Twitter et sur son blog du "calvaire des chrétiens d'Irak", menacés par les jihadistes de l'Etat islamique.

"Je partage l’indignation de tous ceux, chrétiens ou non, que cette déportation révolte. Les barbares de l’Etat islamique chassent, avec une brutalité inouïe, les chrétiens de Mossoul de la maison de leurs ancêtres", a ainsi tweeté l'ancien Premier ministre.

Les barbares de l'Etat islamique chassent, avec une brutalité inouïe, les #chrétiens de #Mossoul de la maison de leurs ancêtres. (...)
— Alain Juppé (@alainjuppe) 28 Juillet 2014

Je partage l'indignation de tous ceux, #chrétiens ou non, que cette déportation révolte. http://t.co/F413Jc5fMO
— Alain Juppé (@alainjuppe) 28 Juillet 2014

Un peu plus tôt, Henri Guaino s'était lui aussi ému du sort des chrétiens d'Irak et de "tous les chrétiens d'Orient", "aujourd'hui menacés de disparaître du Moyen-Orient". Le député UMP des Yvelines a appelé le gouvernement à soutenir leur cause: "La France a un rôle particulier à jouer dans ce domaine, qui tient à sa vocation et à son histoire", a-t-il lancé sur BFMTV-RMC.

Un rôle que la France est visiblement prête à jouer. Le ministre des Affaires étrangères Laurent Fabius et le ministre de l'Intérieur, Bernard Cazeneuve, se sont déclarés prêts lundi à "favoriser l'accueil", au titre de l'asile, des chrétiens d'Irak victimes de "persécutions" de la part des jihadistes.

"Nous venons en aide aux déplacés qui fuient les menaces de l'Etat islamique et se sont réfugiés au Kurdistan. Nous sommes prêts, s'ils le souhaitent, à en favoriser l'accueil sur notre sol au titre de l'asile", écrivent les deux ministres dans un communiqué commun.

Manifestation à Paris et à Lyon ce week-end

Ces voix se font entendre au lendemain d'une manifestation de soutien aux chrétiens d'Irak qui a rassemblé plusieurs parlementaires et élus d'Île-de-France devant Notre-Dame de Paris.

Elus, religieux et croyants, membres de la communauté assyro-chaldéenne... Plusieurs centaines de personnes - des milliers selon le Comité de soutien aux chrétiens d'Irak (CSCI) - se sont réunies dimanche après-midi sous la banderole "France, tourne ton regard vers l'Irak, un peuple se meurt sous tes yeux". Beaucoup portaient sur des pancartes ou des autocollants le "n" arabe signifiant "nazaréen" (c'est ainsi qu'étaient désignés les chrétiens dans le Coran), la lettre peinte sur les maisons des chrétiens de Mossoul, la deuxième ville d'Irak, depuis que les jihadistes de l'État islamique (EI) en ont pris le contrôle.

Parmi les participants figuraient de nombreux élus UMP: Rachida Dati, Nathalie Kociusko-Morizet, Roger Karoutchi, ou encore Claude Goasguen. Mais la cause a également mobilisé dans d'autres partis, avec la présence du député UDI des Hauts-de-Seine Jean-Christophe Fromentin, celle du maire PS de Sarcelles François Pupponi, ou encore du sénateur PS des Hauts-de-Seine Philippe Kaltenbach.

.@nk_m cet après-midi sur le parvis de Notre-Dame pour soutenir les chrétiens d'Irak. pic.twitter.com/fUHbOSpkJE
— NKM Paris (@nkm_paris) 27 Juillet 2014

Au rassemblement pour les Chrétiens d'Orient #chretiensdIrak sur le parvis de Notre Dame de Paris pic.twitter.com/e1F6D0e8bW
— J-C Fromantin (@JCFromantin) 27 Juillet 2014

Au rassemblement de soutien pour les #ChretiensDIrak devant Notre-Dame. Mobilisés pour alerter sur leur sort.
— François Pupponi (@fpupponi) 27 Juillet 2014

Je suis intervenu lors du rassemblement pour les Chrétiens d'Orient. Il faut que les persécutions cessent. #Sénat. pic.twitter.com/vifvbtIDxx
— Philippe Kaltenbach (@P_Kaltenbach) 27 Juillet 2014

Une manifestation de soutien a également eu lieu samedi à Lyon, sur la parvis de la cathédrale Saint-Jean, à laquelle participait l'archevêque de Lyon, le cardinal Philippe Barbarin. Ce dernier doit se rendre ce lundi en Irak pour trois jours.

Lettre ouverte et appel dans "Valeurs Actuelles"

Plusieurs parlementaires ont par ailleurs adressé samedi une lettre ouverte à François Hollande dans laquelle ils demandent au chef de l'Etat de saisir la Cour pénal internationale "sur les exactions dont sont victimes les minorités en Irak, notamment les chrétiens d'Orient". Cette lettre, initiée par la sénatrice UMP des Français de l'étranger Joëlle Garriaud-Maylam, a été signée par l'ex-Premier ministre UMP Jean-Pierre Raffarin, l'ancienne ministre Michèle Alliot-Marie, les députés Patrick Balkany, Nicolas Dupont-Aignan, Hervé Mariton, Laurent Wauquiez ou encore les sénateurs Raymond Couderc et Roger Karoutchi.

Vendredi, déjà, plusieurs personnalités de la droite et du centre avaient lancé sur le site de Valeurs Actuelles un appel à François Hollande et au gouvernement pour intervenir en faveur des chrétiens d'Orient, en particulier en Irak. "Il est temps de se lever! Il est temps de se mobiliser face à l'horreur que subissent les chrétiens d'Orient, notamment en Irak", pouvait-on lire en préambule cet appel lancé à l'initiative de Rachida Dati, ancienne ministre UMP et députée européenne, et de Christine Boutin, présidente d'honneur du Parti chrétien-démocrate.

|||Barbare (selon la définition du Petit Robert) adj. et n. m. - du latin barbarus : qui n'est pas civilisé.