BFMTV

Ces députés expliquent pourquoi ils ne se représenteront pas

Ils vivent leurs derniers moments en tant qu'élus dans l’Hémicycle. Au micro de BFMTV, trois députés expliquent pourquoi ils ont décidé de ne pas se représenter aux prochaines législatives. Les "petits jeux politiciens" et la loi sur le non-cumul des mandats n'y sont pas pour rien.

Un mandat et pas plus. Sébastien Pietrasanta et Nathalie Nieson, deux députés socialistes, ont fait le choix de ne pas se représenter aux prochaines élections législatives en juin prochain. Ils vivent leurs derniers instants dans l'Hémicycle avec émotion, mais sans regrets.

"Quand on est député, on est beaucoup dans la posture et pris dans les jeux politiques", déplore Nathalie Nieson, élue de la Drôme.

En tant que maire de Bourg-de-Péage, elle a dû faire un choix avec la loi sur le non-cumul des mandats, qui entrera en vigueur dès le mois de juillet pour les députés. Sans hésiter, elle a privilégié le mandat d'élue locale.

"Je me suis engagée en tant que citoyenne à aller jusqu'au bout de mon mandat de maire. Et je m'y sens plus utile", confie même l'édile.

C'est également le même son de cloche pour son homologue des Hauts-de-Seine.

"On est souvent dans un jeu de théâtre de marionnettes", déplore Sébastien Pietrasanta, évoquant l'attitude versatile de certains de ses homologues. Si certains ont joué l'union sacrée en public pour une commission d'enquête sur le terrorisme, la posture était différente dans l'Hémicycle. "Ça devient un peu insupportable, ce jeu de dupes", assure l'élu.
"J'ai un certain idéal de la politique, qui est le service aux autres, le sens de l'intérêt général… Mais le rapport aux électeurs est devenu très compliqué avec la montée du populisme et du communautarisme. Le climat est délétère", affirme Sébastien Pietrasanta, qui veut désormais arrêter la politique et "commencer une nouvelle vie" à l'approche de ses 40 ans.

Privilégier "l'action en permanence"

Les deux députés quittent donc l'Assemblée avec le sentiment du devoir accompli, tout en partageant le même meilleur souvenir: celui du vote du mariage pour tous.

"C'était un moment de fierté collective à gauche, un sentiment d'avoir marqué l'Histoire", assure le député des Hauts-de-Seine.

Arnaud Robinet, le député-maire LR de Reims, ne rempilera pas non plus en juin prochain. Après huit années à l'Assemblée, il a également décidé de se concentrer sur sa mairie.

"Dans la fonction de maire, vous êtes dans l'action en permanence, vous portez des projets, vous transformez une ville, vous vous occupez du quotidien des citoyens", affirme-t-il, sans toutefois exclure un retour un jour dans l'Hémicycle.

Pierjean Poirot avec Johanne Portal et Nicolas Béhar