BFMTV

Borloo assure n'avoir "aucun problème" avec Macron

Emmanuel Macron et Jean-Louis Borloo, le 22 mai 2018 à Paris

Emmanuel Macron et Jean-Louis Borloo, le 22 mai 2018 à Paris - ludovic MARIN, POOL/AFP/Archives

Jeans-Louis Borloo s'est exprimé pour la première fois ce mercredi depuis la remise de son rapport sur les banlieues au chef de l'Etat le 22 mai dernier.

Jean-Louis Borloo a assuré ce mercredi n'avoir "aucun problème" avec Emmanuel Macron, estimant que "le président de la République est souverain" lorsqu'il commande un rapport et que son auteur n'a pas à "faire des commentaires".

"Contribuer à des prises de décisions"

Après l'annonce le 22 mai par Emmanuel Macron d'initiatives pour les banlieues s'inspirant, en partie seulement, de son rapport, Jean-Louis Borloo s'était dit très satisfait, estimant que "tous les sujets du rapport ont été cochés". Mais nombre de commentateurs, des associations aux médias en passant par des responsables politiques, avaient estimé que le rapport avait été enterré.

"Je n'ai aucun problème avec le président, vous n'avez pas de problèmes avec quelqu'un qui vous confie une mission sur un sujet aussi compliqué", a déclaré l'ancien ministre sur Radio Classique ce mercredi.

"Quand le président de la République demande à quelqu'un un rapport pour contribuer à des prises de décision, le président de la République est souverain. Ce n'est pas à celui qui remet le rapport, construit avec l'ensemble des acteurs, ses ministres, les régions, les départements, les villes, de faire le moindre commentaire", a-t-il ajouté.

"Les mâles blancs"

"J'observe que dans le discours (du président, NDLR) un certain nombre d'éléments étaient présents et que le président de la République a donné rendez-vous en juillet", a poursuivi Jean-Louis Borloo, estimant que "le gouvernement, avec l'ensemble des partenaires", pourrait alors proposer "des éléments assez forts".

"Pour le reste, je n'ai pas à commenter, le président de la République est souverain, il m'a demandé un travail, je lui ai remis, c'est maintenant à eux de faire", a-t-il répété.

Après la sortie controversée d'Emmanuel Macron sur les "mâles blancs" lors de son discours à l'Élysée, Jean-Louis Borloo a souligné qu'il était sorti de la vie politique et ne commentait plus "la vie publique".

Le chef de l'Etat avait ironisé sur les "deux mâles blancs" - sous-entendu Jean-Louis Borloo et lui-même - s'échangeant un "plan" sur les banlieues, une méthode qui "ne marche plus".

M. F. avec AFP