BFMTV

Affaire Bygmalion: le siège de l'UMP perquisitionné

Le siège de l'UMP à Paris

Le siège de l'UMP à Paris - BFMTV

L'enquête porte sur un système occulte ayant servi en 2012 à masquer un dépassement du plafond autorisé des frais de campagne de Nicolas Sarkozy, soit environ 22,5 millions d'euros.

Le siège de l'UMP dans le 15e arrondissement de Paris est perquisitionné mercredi après-midi par enquêteurs dans le cadre de l'affaire Bygmalion. Cette opération de police intervient dans le cadre de deux informations judiciaires ouvertes à Paris: l'affaire Bygmalion mais aussi l'enquête sur le paiement par l'UMP de pénalités qui avaient été infligées au candidat battu car ses comptes de campagne avaient dépassé le plafond autorisé.

Dans le dossier Bygmalion, les juges Serge Tournaire, Roger Le Loire et Renaud van Ruymbeke enquêtent sur un possible système de fausses factures dont le but aurait été de maquiller le compte de la dernière campagne de l'ex-chef de l'Etat.

Six personnes ont d'ores et déjà été mises en examen dans ce dossier, parmi lesquelles trois anciens cadres de l'UMP.

Les aveux de Lavrilleux, Sarkozy ne connaissait pas Bygmalion

Directeur adjoint de la campagne de Nicolas Sarkozy en 2012, Jérôme Lavrilleux avait assuré le 26 mai dernier sur BFMTV qu'un système occulte, via la société Bygmalion, avait été mis en place pour éviter de dépasser le plafond autorisé des frais de campagne, soit environ 22,5 millions d'euros.

Sur France 2, le 21 septembre, l'ancien président de la République avait affirmé pour son retour en politique: "J'ai appris le nom de Bygmalion longtemps après la campagne présidentielle" de 2012.

S.A. et C. P.