BFMTV

Accusée d'être "complice de l'islamisme", Beur FM réplique aux attaques de Marianne

"Djihad FM", la matinale auto-parodiée de Beur FM, en réponse à l'attaque de Marianne.

"Djihad FM", la matinale auto-parodiée de Beur FM, en réponse à l'attaque de Marianne. - Beur FM

La réponse se veut cinglante, à la hauteur de l'attaque dont la radio fait l'objet dans le numéro de Marianne daté du 21 mai. Accusée par l'hebdomadaire d'être "complice de l'islamisme", la station a publié un communiqué, tandis qu'un hashtag #PenseCommeMarianne est lancé sur les réseaux sociaux.

Entre l'hebdomadaire Marianne et Beur FM, le torchon brûle. Au détour de l'article titré "Les mauvaises ondes de Beur FM…" paru dans le numéro de jeudi, le premier reproche à la station de radio d'être "complice de l'islamisme". Dans le viseur du journal, l'émission "Les zinformés", diffusée tous les soirs de la semaine entre 20h et 22h, certains propos qui y ont été tenus et la réaction, jugée trop permissive à l'égard de certains propos, de l'animateur Abdelkrim Branine.

Par un communiqué de son PDG, Nacer Kettane, Beur FM a répondu à l'hebdomadaire, dénonçant notamment une "liberté à géométrie variable" dont Marianne s'arrogerait le droit d'user en le déniant aux autres. Un hashtag #PenseCommeMarianne a aussi été lancé sur Twitter par l'humoriste Yassine Belattar qui anime la matinale de la radio, pour contrer l'hebdomadaire sur le terrain des réseaux sociaux.

Marianne dénonce des propos "qui laissent pantois"

Mais que reproche Marianne à Beur FM? Pour étayer son attaque, l'hebdomadaire s'étonne par exemple que le jeudi 2 avril, ni l'animateur Abdelkrim Branine, ni les invités ne se soient émus des paroles de Salem Aïdoudi, adjoint au maire UDI de Livry-Gargan, en Seine-Saint-Denis.

"Charlie montre son vrai visage. Ce sont des rats", lâche alors l'élu.

Marianne relève que l'animateur a essayé de tempérer l'insulte, arguant qu'"il y a deux Charlie…" – "Non, il n'y a qu'un Charlie, pour moi cela reste des rats d'égout", rétorque alors l'interviewé.

Une réaction qualifiée ensuite de "réaction épidermique" par Abdelkrim Branine, rapporte Marianne. Pour l'animateur, cette colère était due au fait que, selon Salem Aïdoudi, personne n'était venu rendre visite à la famille d'Ahmed Merabet, ce policier abattu par les frères Kouachi et originaire de Livry-Gargan.

Or, la réaction de l'animateur est jugée trop laxiste par l'hebdomadaire, qui déplore aussi des "propos qui laissent pantois" sur les "thèmes phares de l'islamophobie et du conflit israélo-palestinien". Autrement dit, Beur FM ferait de "l'anti-charlisme" son fonds de commerce, quitte à laisser la liberté d'expression verser dans la haine et les "propos douteux".

Beur FM dénonce "amalgames et confusions"

Le communiqué de Beur FM rappelle quant à lui l'attachement de la station aux valeurs républicaines et dénonce les amalgames.

"La laïcité est l'un des moteurs de notre média", répond Beur FM.

Et de poursuivre: "Nous avons toujours considéré que la République devait rassembler et non diviser. Depuis nous n'avons cesse de dénoncer les amalgames et les confusions. Ce n'est pas pour les subir aujourd'hui à notre tour."

Dernière pirouette en date adressée à Marianne, l'humoriste Yassine Belattar a virtuellement rebaptisé "Djihad FM" son émission de vendredi et posté sur Twitter un lot de photos moqueuses.