BFMTV

Absence de vaccin français contre le Covid: Ruffin demandera une commission d'enquête à l'Assemblée

Invité de BFMTV-RMC, le député La France insoumise de la Somme accuse le géant pharmaceutique Sanofi d'avoir "cassé son outil industriel" avec la "complicité" de l'État.

Pour François Ruffin, la France se serait sciemment privée de la possibilité de produire un vaccin. Invité ce jeudi de BFMTV-RMC, le député La France insoumise de la Somme a confirmé qu'il entendait demander une commission d'enquête à l'Assemblée nationale sur le sujet.

Selon lui la macronie, dénuée de "pensée stratégique" face à la pandémie de Covid-19, aurait contraint Sanofi à "casser son outil industriel". Il évoque la proximité entre le président du géant pharmaceutique français, Serge Weinberg, et Emmanuel Macron qui, selon lui, "fait qu'il n'y a pas eu de regard sur la politique de Sanofi ces dernières années".

Pas de vaccin Sanofi avant fin 2021

Les vaccins dévéloppés par Pfizer/BioNTech ou Moderna ont été les plus rapides à concevoir, car ils s'appuient sur la technologie innovante de l'ARN messager. Ce sont les premiers à avoir été autorisés.

De son côté, Sanofi développe bien un vaccin - basé sur une autre technologie - avec le britannique GSK, dont la Commission européenne a prévu pour l'heure de commander jusqu'à 300 millions de doses. Mais ils ont admis que leur sérum ne serait prêt que fin 2021, après des résultats moins bons qu'attendu dans les premiers essais cliniques.

Souveraineté sanitaire

Face à ce retard, François Ruffin a annoncé qu'il demandera à l'Assemblée nationale la formation d'une commission d'enquête sur le sujet.

"Je vais demander qu'on enquête sur pourquoi on n'a pas de vaccin et pourquoi on a laissé casser le principal outil sanitaire de l'industrie pharmaceutique depuis une décennie dans ce pays", a développé François Ruffin.

Ce n'est pas la première fois que l'intéressé s'en prend à Sanofi, qu'il a déjà accusé de privilégier la logique financière au détriment de la santé publique lors du scandale de la Dépakine. S'agissant de la crise actuelle, François Ruffin regrette que le pays ait, d'après lui, abandonné sa "souveraineté" sanitaire.

Jules Pecnard Journaliste BFMTV